logo : La relation cheval cavalier

Lettre a mon cheval par Adeline Cancre

La relation cheval cavalier

Lettre ouverte à notre ami, le Cheval !

 

Cette newsletter est une Tribune ouverte à tous, et sur tous les sujets,
pour l’intérêt du Cheval et de ses passionnés.

 

 

 

Génial (++) - Bien (+) - Pédagogie (-/+) - Bof (-) - Oups (- -)

 

2. Coup de cœur & Voeux (++)

3. Flop (-) … Top (+)

4. Ethologie, 2 écoles : Lobotisation vs Equilibre ! (-/+)

5. Ecole Du Débutant & Cours collectif (-/+)

6. Mouvement, position et protocole de dressage (-/+)

7. Détente… Travail… Détente (-/+)

8. Agrément label FFE aux centres équestres ! (--)

9. Représentativité en France ! (-/+)

10. Equilibre sur les pieds par la FFE ! (--)

11. Retrait du SEC  (--)

12. Guide FFE Galop 3 (-/+)

13. Elevage du Cheval de Sport, des pères appréciés (++)

14. Des émotions plein les yeux (++)

15. Recommandés par LRCC (++)

16. Week-end, vacances... (++)

17. Courses & Sports équestres : 5

18. Vivre sa passion pour 5 000 euros/3 ans (++)

19. Les bras souples avec Charlotte Dujardin (++)

20. Fin de BMC au stud-book SF ! (--)

 

2. Coup de cœur & Voeux (++)

par Adeline Cancre (Tout public)

Le coup du cœur de cette Nouvelle Année annonce mes Vœux pour 2017 ; ceux de 2014 seraient de savoir s’adapter au changement. « Le changement, c’est souvent déstabilisant car il remet en cause des habitudes. Il organise aussi une analyse des priorités, et des opportunités jamais envisagées se créent. Le changement arrive toujours à l’occasion de crise, mais procure toujours de nouvelles conditions plus favorables aux personnes qui en profitent pour ajuster leurs faiblesses, qui conditionnent un avenir meilleur. Sachons-nous adapter, ce n’est pas facile mais c’est une des qualités humaines. ».

Mes Vœux 2017 se porteront vers les valeurs du Concours Complet d’Equitation comme un peu celles du rugby face au football. Ces valeurs seront le thème de ma très probable candidature aux prochaines élections FFE*. J’y associerai les couleurs complémentaires du TREC.

J’ai eu la chance de goûter jeune à ces joies de gambader et de sauter en extérieur, à observer la nature et se décomplexer devant les barres. A 11 ans, j’ai vécu un mois d’été mémorable en Angleterre, Pendant mon adolescence, j’ai passé trois hivers exceptionnels à la chasse en Irlande,. Des souvenirs mémorables… Je m’y revois encore !
Entre les fêtes de fin d’années, j’ai rencontré un cavalier de 19 ans formé dans le centre équestre de sa mère, orienté CCE, son père également cavalier de CCE, il démontre toutes les capacités de devenir un grand cavalier CCE ou CSO : le train, l’équilibre sur les pied, la main, toujours en place quelque soit les conditions : les dénivelés, le terrain gras… Il est grisé par le cheval, moment grisant à vivre !
 
Plus simplement, si nous comptabilisons le nombre de profils du CCE, déviés vers le CSO puis vers la pédagogie « haut niveau », mon histoire a peu d’intérêt mais permet de considérer les bénéfices dont se prive la filière du Cheval, des centres équestres aux courses. Quant au TREC, voilà une discipline de choix pour les cavaliers au tempérament plus contemplatif ! …

Une fédération doit présenter un cycle d’ouverture vertueux à ses passionnés. N’y pensez même pas, je ne déshabillerai jamais l’un pour habiller l’autre, car promouvoir leCCE et le TREC habille tout le monde. Toutes les disciplines sportives y gagneront par ces décomplexions acquises en « pleine nature ». La culture équestre française battra à nouveau pavillon dans la convivialité. Ce sera la fin « des rênes petites » et des « étriers au bout des pieds » infligées aux bouts de choux s’évertuant à imiter leurs aînés !

Ce serait aussi un moyen de rétablir l’équilibre  entre la ville et la campagne, bien sûr, sans nuire à l’un, ni à l’autre. D’ailleurs, il est impossible de nuire à la ville, en développant des méthodes individuelles et collectives du débutant. Il faut avant tout organiser l’intérêt de la campagne : c’est l’offre majoritaire  de notre pays 

Développer le CCE et le TREC au niveau Club, sol hors d’eau, c’est peu à penser collectivement mais beaucoup à gagner individuellement. L’ équitation se meurt aujourd’hui à faire tourner des élèves dans des manèges ou d’accueillir un équidé chez soi sans envisager les problématiques. Avoir de bonnes idées ne coûtent jamais des millions, mais peuvent en rapporter, ce sont ces challenges que j’ai toujours menés.

L’état de la filière en ce début 2014 m’insupporte : elle serait  riche si les voies de l’union, de la vertu et de l’éducation étaient enfin empruntées… La vie sur le terrain me permet d’échanger avec diverses responsabilités sportives, si vous saviez l’image de l’équitation française aujourd’hui ; A l’instar de l’image du Président de notre pays, celle du Président de la FFE n’est plus à faire. Comment voulez-vous ainsi susciter la sympathie et valoriser l’exception.

Comment m’est venue cette idée de défendre les couleurs du CCE ?
Comme j’ai commencé à l’expliquer, c’est un cumul de circonstances dont ma nouvelle traversée de la Bourgogne a fait transparaître l’évidence (visite de centres équestres spécialisés et écoute des complexités de la discipline). Elle repose aussi sur l’analyse de mon premier Tour de France où j’ai vite compris que les centres équestres spécialisés en CCE continuaient de transmettre les bases équestres, mais aussi parallèlement permettaient de rester attaché à la FFE sans souffrir de sa politique commerciale. C’est aussi Thierry Lacour qui m’a permis de découvrir efficacement, cet été, une vingtaine d’établissements équestres en Bretagne dans la discipline du CSO. D’ailleurs, c’est toujours un génial cavalier de CSO et bien-sûr, ses élèves lui ressemblent…

Pourquoi le TREC ?
C’est simple, la compétition, la randonnée et l’endurance nécessitent du temps, un état d’esprit… le TREC est une étape intermédiaire.

Je n’en dirais pas plus ce jour, mais comme était mon projet associatif « La relation cheval cavalier », c’est déjà bien mûri. Pour mon équipe, vous ne pouvez pas imaginer les opportunités du terrain. Le verso politique m’a chagriné, même plus peur !

* 1.  Si les établissements équestres visités à partir d’octobre 2012 ne retenaient pas ma candidature à la rentrée 2015 d’une majorité de 60 %, et ce pour un mandat unique, je mettrai mon expérience au service d’un pays émergeant, l’esprit serein.
2. Je ne serai pas le candidat de trop qui empêchera de détrôner Serge Lecomte et son mentor retraité Pascal Marry** ou leur successeur ?
** Présent aux Fédératives. A la réunion des présidents des CRE, un des leurs a relevé que c’était la première fois que certains s’opposaient à la démarche fédérale. Le vent souffle ! D’ailleurs, j’ai cru lire que le budget ne recevait plus que 53 % des suffrages.Il faut dire que les 10 millions d’investissements annuels de Lamotte Beuvron semblent assez récurrents !

 

 

3. Flop (-) … Top (+)

par Adeline Cancre  (Tout public)


 

TOP*****

Le premier jugement à l’aveugle* chez le Cheval de Sport au 21ème siècle a été organisé par le Syndicat des éleveurs de Saône et Loire en 2013 (71). Le hasard a décerné la victoire à un poulain d’un père méconnu « Gunther de l’Herbage », propriété d’une jeune éleveuse. Une autre bonne nouvelle pour 2014 serait que le jugement à l’aveugle devienne une règle pour les présentations du stud-book Selle Français. Il me semble que cette pratique constructive se passe aussi chez les pur-sangs près du Pin (61) ? Voilà une piste honorable à suivre, l’enthousiasme abonderait comme jamais, certainement un déclic attendu…

Félicitations à toute l’équipe SF qui a tenu tête au chantage du Président de la SHF, sur ses terres, aurait-il beaucoup à perdre si ce type de jugement devenait une règle ? Il est clair que les opposants à cette nouvelle ère, seront les bénéficiaires du système actuel. Faut-il en contraindre une vingtaine pour en dynamiser des milliers, sans aucun doute non.
* Génétique et propriétaire.

 

Grâce à un partage constructif sur Facebook, présenté par Jacques Grandchamp des Raux, j'ai appris que le jugement à l'aveugle était aussi l'actualité de St Lô. Félicitations BLC. RDV en février...

 
TOP

L’accord historique entre le CERS de Capbreton et les Associations des jockeys et drivers professionnels. Des athlètes de haut niveau traités maintenant comme tels :

 

JDG : Pierre Vercruysse - Président des Drivers

« Je suis très satisfait qu’on puisse enfin envoyer nos drivers accidentés dans un endroit adapté pour les soigner au plus vite. Au trot, nous sommes un peu plus préservés par les accidents, mais, quand ils surviennent, c’est rassurant de savoir que nous pourrons trouver un lieu comme le CERS de Capbreton. La profession n’est pas toujours reconnue comme constituée de sportifs de haut niveau. J’ai été patient là-bas et, à Capbreton, on soigne le corps et la tête. Un sportif blessé qui va mal dans son corps va mal dans sa tête : si le moral est solide, on guérit beaucoup plus vite. Là-bas, on est dans un environnement confiné et il se crée une communauté où chacun aide l’autre, quels que soient son sport et son niveau. Un sportif passe un peu moins de quatre semaines en moyenne là-bas, j’en ai passé douze : j’y suis entré en fauteuil roulant et j’en suis sorti sur mes deux pieds. Ce sont des professionnels qui nous ramènent au "top" en un temps

record. La carrière d’un sportif de haut niveau est courte, alors il faut retrouver vite la forme et sa place dans le peloton.»

 

TOP

Des idées sélectives qui doivent gagner rapidement le milieu du Cheval de Sport :

JDG 13/12/13
Arqana, retour sur une année records
 

Arqana a clôturé l’année 2013 mardi dernier, avec la vente d’élevage qui a enregistré un nouveau record, grâce à un C.A. en hausse de 32 %, un score à l’image d’une année exceptionnelle. Suivant la tendance du marché international qui a connu un rebond significatif, l’agence a en effet enregistré des résultats en hausse sur tous les secteurs du marché. Globalement, le C.A. dépasse pour la première fois la barre des 100 millions d’euros, et le marché a pu absorber

les 3.142 lots présentés, à un prix moyen de 42.219 euros, qui constitue lui aussi un record historique…

 

Nous pouvons aussi nous féliciter que la demande française, malgré un contexte fiscal peu favorable du fait de l’augmentation du taux de T.V.A. au 1er janvier, ait bien suivi le mouvement,

ce qui a permis de redynamiser toutes les strates du marché. Le succès de la vente de yearlings d’octobre en est une parfaite illustration.Ces résultats peuvent surprendre à l’heure où l’avenir du Galop français inquiète de nombreux professionnels. Nous les prenons comme une reconnaissance de l’intérêt suscité par nos chevaux partout dans le monde et comme une preuve indiscutable de la vitalité de notre marché. Les atouts de la France sont multiples et nous espérons que la solidité de nos ventes parviendra à insuffler la confiance qui peut parfois manquer en ce moment aux acteurs de notre filière. Enfin, ce bilan fort satisfaisant ne se résume pas qu’aux simples chiffres de ventes puisque l’année écoulée aura aussi

été marquée par les victoires au plus haut niveau glanées par les chevaux passés sur le ring d’Arqana. Ces derniers se sont adjugés pas moins de onze victoires de Gr1 et Arqana est l’agence de ventes européenne qui a fourni le plus de gagnants classiques en 2013…

Il serait osé de prédire une croissance aussi forte en 2014 mais la dynamique observée tout au long de l’année nous inspire néanmoins une vraie confiance pour l’an prochain.

Voir nos ventes profiter pleinement du boom connu par le marché international nous

conforte aussi dans les choix stratégiques opérés depuis plusieurs années.

Nous continuerons donc à densifier notre réseau dans tous les pays à forte demande tout en accentuant notre marketing en France pour contribuer à créer de nouvelles vocations de propriétaires. En 2013, Arqana a monté avec succès sa première écurie de groupe,

Vendôme Racing Club, composée aux trois quarts de nouveaux propriétaires. Cette initiative a fait école puisque d’autres écuries de groupe construites sur le même modèle ont vu le jour. De nouvelles écuries suivront sans aucun doute et Arqana se tiendra encore à la disposition de leurs promoteurs afin de leur apporter toute l’aide nécessaire. »

 

 

TOP

JDG : Guillaume Macaire a signé un nouveau record d’Europe pour un entraîneur d’obstacle. L’entraîneur charentais a, en effet, remporté sa 259e victoire de l’année, soit une de plus qu’en 2006, quand il avait battu le record de Martin Pipe. Ce dernier avait enlevé 243 courses au cours de la saison d’obstacle 1999/2000.

Joint par téléphone, Guillaume Macaire nous a raconté : « Le record ne m’a pas occupé l’esprit, cela vient comme ça. C’est quelque chose de très momentané. La première année, évidemment, j’y ai pensé pour essayer de battre le record de Martin Pipe. Mais là, j’étais détenteur du record, ce n’était pas pareil. » Évidemment, parmi ses 259 succès, dont dix de Groupes, il y en a un qui l’a plus marqué : « Forcément, le Grand Steeple de Bel la Vie (Lavirco) est le succès que je retiens plus particulièrement. C’est ma plus belle victoire de l’année. Mais après, tout est

beau. Sur ses éventuels nouveaux objectifs, l’entraîneur royannais nous a confié : « Je n’ai pas d’objectifs particuliers. Il faut avant tout essayer de se faire plaisir, de prendre du plaisir en faisant son métier. Après, nous sommes dépendants des chevaux et il faut rester humble. » Après Christophe Soumillon, lauréat de sa 227e course de l’année, vendredi, à Marseille-Vivaux, c’est donc au tour de Guillaume Macaire de décrocher un nouveau record. Fait amusant, c’est en 2006 que les deux hommes avaient signé leurs premiers records. »

 

FLOP - TOP

Observer les épreuves Club, c’est rapidement consternant. Je n’aurais jamais pu imaginer que c’était si difficile de sauter 60 cm en ligne avec de si  braves partenaires. Quoique parfois, on gagnerait  à se rappeler du vieil adage « à eeune cheval, cavalier d’expérience ». La source pourrait-elle être tarie ?

 

Trois raisons principales reposent sur les conséquences de l’ouverture des genoux (pointes des pieds au mieux à 10 h 10) et de la recherche du placement du bassin associées l’ajustement trop long ou asymétrique des étriers :

1        Il existe des exercices pour ouvrir les hanches ;

2        L’ajustement classique est l’ajustement symétrique à la malléole ;

3        Les genoux sont au contact de la selle grâce à la tenue des pieds parallèles, les cuisses à plat, les étriers chaussés au 1/3 du pied pour bloquer « l’appui antérieur »*, les talons légèrement descendus**, l’ensemble montrant une fixité des jambes et un cheval en avant à leurs contacts.
 

* http://www.anatomie-humaine.com/Squelette-du-pied.html?id_document=104

** Les chevilles et les coudes sont des amortisseurs, imaginez-vous des amortisseurs bloqués en haut ou en bas…

 

 

J’ai observé les cavaliers d’un club dont l’équitation m’a rappelé, ce que je crois fermement, sa possible démocratisation. Les parcours n’ont pas tous été parfaits comme le présentent ces vidéos, mais la progression est certaine car les bases de position sont contrôlées :

http://youtu.be/vxQ7psAMFxQ

http://youtu.be/8X5RrrIBp6Q

http://youtu.be/iGgg_U0E0NQ

 

La suite est moins réjouissante pour le label FFE : cf. point 8 !

 

L’exception confirme la règle ! Le 22 décembre dernier, je me suis rendue à l’UCPA de St Priest (69) pour observer le certainement quinzième CSO club (sur 14 mois et 50 % de la France parcourue). Inoubliable moment, 95 % des couples se déplaçaient dans le bon galop avec des cavaliers démontrant du couloir des rênes, d’étriers chaussés au 1/3 du pied, les pieds parallèles, les bras souples, les mains devant aux poignets soutenus lorsque les courbes l’imposaient, des cavaliers et des chevaux fonctionnant comme ceux de véritables Pros… Les « petits pieds » démontraient du style parfait des antérieurs des chevaux : enthousiasmant.

Que les mains se rapprochant et posées sur l’encolure à l’occasion des planés faisaient plaisir à voir. Les félicitations sont à porter à la pédagogie de Jacques Robert et à l’organisation de ses stages hunter. La recette marche toujours : la qualité de l’enseignement fait les cavaliers ! Je n’ai observé aucune action brutale contre la bouche des équidés… L’équitation était fluide sur au moins 100 parcours observés de la Club 2 à la Club Elite. Donc, je n’ai observé aucune dégradation des équitations entre les différentes épreuves.

Si l’annotation A/B/C avait été donné aux cavaliers de ce concours. 95 % au minimum aurait eu des A car les chevaux et poneys dans l’équilibre pouvaient sauter ; le C aurait été absent. Le classement n’aurait pas changé, d’ailleurs la course à l’échalote n’existe pas. J’ai même vu de jeunes enfants empoigner efficacement des partenaires moins galopant que d’autres, leurs aides étaient parfaitement coordonnées et discrets. Avec de telles images dans la tête, on peut croire à des années meilleures. Félicitations à tous les clubs présents qui privilégient le dressage des chevaux et la fluidité de l’équitation. Il reste à harmoniser cette performance à la France ! Suite en février…

 

TOP

16/12/2013 - William Eyno, Responsable du développement chez Jobeelink, Jobeelink

Le projet d'accord prévoit trois principaux changements :
1/ Le compte personnel de formation remplace le DIF : Il suivra le salarié tout au long de sa vie active qui pourra accumuler au maximum 150 heures de formation.
2/ Des entretiens de formation pour tous les salariés : Chaque salarié aura tous les deux ans un entretien sur sa formation.
3/ Moins de contraintes pour les entreprises : Les entreprises ne verseront plus que 1 % de leur masse salariale pour le financement de la formation professionnelle (vs. 1,6 % actuellement).

TOP

A Saint Usuge (71), j’ai dégusté d’originaux et bon escargots, la coquille se mange (genre d’hostie) : Escargot de la Ferme de Viennette - Tél. 03 85 76 53 90

 

 

TOP

Après la gastronomie, une garde robe aussi originale que lumineuse : http://www.louisedella.com/fr/automne-hiver-2013-14

 

 

FLOP

JDG : « Le problème vient principalement de l’Etat français, qui rend les choses très complexes pour les entrepreneurs. Il est très difficile de trouver un équilibre financier ici. Il n’y a pas grand chose de fait pour inciter à devenir entrepreneur. Le système de financement en France rend les choses vraiment compliquées à gérer. » Rupert Pritchard-Gordon qui va cesser son activité d’entraîneur (galop)

 

TOP 

La création du Grand National Hunter. La discipline du Hunter aurait pu être une noble cause à mettre en avant dans une politique fédérale d’avenir. Cependant, ce changement au niveau des Ecoles d’équitation serait trop ferme par rapport à « l’animation » actuelle. L’incidence serait trop serrée ! Les cavalières françaises ne sont pas prêtes à devenir des cavalières américaines, mais ce Grand National est une excellente idée car ils pourraient en motiver de plus en plus, ce qui serait très positif pour la valorisation des Chevaux et des Hommes… Félicitations aux initiateurs.

 

FLOP


L’écho négatif de l’ambiance  des concours CSO au niveau des clubs. Beaucoup d’enfants en reviennent et préfèrent se donner à des disciplines plus sereines. Excellentes nouvelles car si ces épreuves leurs sont difficiles à vivre, elles sont difficiles à regarder !

 

TOP

J’ai lu que Saumur avait organisé son premier cross en manège et que Equita’Lyon allait reprendre l’idée. Il est toujours intéressant de voir les lignes se croiser… Félicitations pour ces excellentes initiatives.

 

TOP*****

Un regard extérieur sur votre entreprise pour optimiser le changement, contactez Sébastien Viry. Cet homme vous aidera à différencier et à poser les problématiques.

Tél. 06 50 27 02 55 www.equiconseil.com

 

 


 

4. Ethologie, 2 écoles : Lobotisation vs Equilibre ! (-/+) 

par Adeline Cancre (Tout public)

 

En France, éthologie était un joli mot qui associait une méthode dont les résultats étaient décriés. D’ailleurs, il est facile de reconnaître un Homme de cheval en citant ce seul mot…

 

Personnellement, je n’ai jamais été plus friande du licol éthologique que de la descente d’encolure ! Si on respecte un cheval, on le place dans l’attitude que définit sa biomécanique, son équilibre physique et mental. Si vous ne connaissez pas le licol éthologique, c’est l’objet placé sur la tête d’un cheval qui le conditionne à renifler le sol comme un chien de chasse…

A contrario, dans la méthode de Nicolas Blondeau, l’équitation éthologique,  les valeurs d’équilibre, de confiance entre le cavalier et son cheval sont revendiqués, la méthode de l’équitation sentimentale [et sportive]. Chacune des étapes sont à dépasser, les raccourcis non autorisés.

 

J’ai déjà rencontré deux centres équestres enthousiastes qui prônent ces valeurs à l’occasion de stages ; certainement trois mais ma mémoire défaille ! Si ces adresses vous intéressent, cliquez sur ce lien et sélectionner discipline « Ethologie N. Blondeau »  : http://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Methodes/Centres_Equestres

 

 

 

 

5. Ecole Du Débutant & Cours collectif (-/+)

parAdeline Cancre  (Tout public)

 

Le 13 septembre, j’ai repris la route pour un nouveau tour de France des centres équestres et poney-clubs en France. En 2012, j’en profitais pour présenter une méthode Ecole du Débutant à la longe en alternative au cours collectif. En 2013 - 2014, la méthode Ecole Du Débutant – Cours collectif est l’actualité. Elle sera disponible en 2014 :

http://www.larelationchevalcavalier.com/File/EDD_collectif.pdf

 

 

 

 

6. Mouvement, position et protocole de dressage (-/+)

par Adeline Cancre  (Tout public)

 

La vie mène son flot d’informations quotidiennes, notamment par l’inscription à des blogs dont voici un lien qui a retenu mon attention : http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/11/04/fleur-pellerin-nous-avons-une-vision-encore-trop-ideologique-de-l-entreprise_3507723_651865.html

 

Il fait référence à l’éducation des enfants et à la «  vision des enjeux » sur lequel mon esprit a transposé aux valeurs du sport oubliées. Ces valeurs du sport qui permettaient d’apprendre des connaissances, d’assimiler une culture, de découvrir et de respecter la nature/les natures, d’intégrer un savoir faire, de convenir de la prise de risque indispensable au dépassement de soi, d’accepter les échecs pour atteindre un objectif… une école de la vie en se cultivant auprès de tuteurs aussi neutres, courtois que professionnels (que j’ai eu la chance d’avoir et que je souhaiterai à la majorité). C’est très facile à envisager si les Ecoles d’Equitation proposent des prestations constructives et homogènes dès la première leçon…

 

En équitation (à laquelle j’associe maintenant tous les sports dont les déséquilibres sont tolérés), la formation BPJEPS a limité les jeunes d’une « vision des enjeux ». Ces deux liens rappellent les épisodes passés qui ont revendiqué les 7 Galops en équitation et le plan FFE de Formation du Cavalier :

http://www.larelationchevalcavalier.com/File/Equitation_Limite_expertiseFFE.pdf

http://www.larelationchevalcavalier.com/EMails/index.php?EMail=../EMails/Mails/NewsLetter-2013-12.html&Graf=Cheval#3b

 

 

Avoir assisté à quelques moments du challenge CCE Club de la Côte d’Or me permet d’associer trois problématiques récurrentes, qui solutionnées, pourraient changer la « vision des enjeux ». Le ménage doit simplement être réalisé dans les protocoles de dressage :

 

- En dressage plutôt à poney (Club 3), la majorité (des observés) bénéficiait d’un gogue et démontrait d’une équitation sans contact et d’un axe tout sauf vertical, certainement à la recherche du fameux placement du bassin !!! Un bassin est une articulation qui se place naturellement si 4 points de la position sont placés correctement grâce au contact moelleux. Le gogue ne m’ennuie pas (mais doit occasionner une pénalité) mais sans participer à placer  un contact continu, symétrique et moelleux, ça m’interpelle !
 

-  En dressage plutôt à cheval (Club 1), les cavaliers étaient chaussés trop longs (1 à 3 trous), les talons dans la sangle (jambes en avant) et l’axe « épaules – talons » toujours hors de la verticale. Un seul couple - poney avait la jambe en place sur la quantité observée, il a gagné l’épreuve et le challenge ! Tout cela est assez logique en constat de la dramatique position des étriers « au bout des pieds » dans la majorité des établissements équestres, plaçant au mieux les pieds à 10 h 10 et les équidés collés aux jambes. Parlons-en justement des jambes, de véritables essuie-glaces :
 

- En cross, Club 1 comme Club 3, les cavaliers ont trop peu connaissance des allures à laquelle ils vont, et l’équitation d’extérieur devient très compliquée. Tout ceci est aussi assez normal, ne faudrait-il pas aujourd’hui, à partir du galop 3 et 4, aménager un temps à trotter et galoper aux différents tempos grâce à des transitions longues dans un couloir de rênes/des aides, développant l’assiette, plutôt qu’à essayer de marcher, sans impulsion, sur les axes latéraux…
Un bon élève BPJEPS m’a aussi rappelé que le couloir des rênes n’était plus l’objet de l’enseignement ! Par contre, on voit revenir en force l’incurvation (de l’encolure) avec la rêne d’appui sur C7… Oups.

 

La solution est simple et m’a été donnée par la direction d’un centre équestre, qui s’est prêtée temporairement à essayer de juger : « Les protocoles de dressage sont mal fichus. Sachant que les problèmes en dynamique sont des problèmes de position, il suffirait pour favoriser le changement, de majorer le coefficient de la position et surtout de la détailler (pieds, jambes, assiette, bras, mains, regard). »
Recherche réalisée, malgré la diversification des protocoles, ils font en effet majoritairement abstraction dela position- à l’origine, en effet, des défaillances du Dressage - et à une possible évolution dans toutes les disciplines. La position, c’est actuellement 1 ou 2 points sur 120 en France ! L’usage unique du protocole  « Préliminaire » pourrait remédier à la situation.  Si la FFE voulait solutionner les problématiques du Dressage en France, il suffirait de supprimer les autres protocoles et de retenir cette condition « position » à celui du CCE : http://www.ffe.com/Disciplines-Equestres/General/Dressage/Reprises

Lien protocole CCE : http://www.ffe.com/Disciplines-Equestres/General/CCE/Reprises-de-CCE

 

 

D’ailleurs, on pourrait  s’interroger sur les offres fédérales inconsidérées, la diversité semblerait maltraiter la performance et désespérer les organisateurs. Pourquoi faire compliqué…

 

 

Si vous souhaitez solutionner des problèmes avec l’axe vertical, l’équilibre sur les pieds et le contact ou leur résultante, l’accord des aides, voici une aide pédagogique qui simplifie leurs contrôles : http://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Accueil/Aide_pedagogique

 

 

 

7. Détente… Travail… Détente (-/+)

par Adeline Cancre (Centres équestres, propriétaires, éleveurs…)

 

Il y a des astuces qui marchent tellement bien, qu’il faut faire attention à ne pas les appliquer dès le début d’un cours ; peu de choses à cheval peuvent être tenues comme systématique, si ce n’est l’équilibre sur les pieds et la mise en avant du cheval !

 

Si des chevaux ou poneys ne se propulsent pas lors des mises en selle, il faut conditionner leurs cavaliers à les mettre en avant lors de la détente : le temps de la prise du contact par le cheval grâce à des rênes tendues et à son activité en mode propulsive. La détente est donc plus ou moins active, mais le conditionnement d’une cavalerie s’opère rapidement. Une chambrière au centre du manège ou de la carrière peut aussi y aider. Sans activité, il est IMPOSSIBLE de monter correctement à cheval…

 

L’équidé en avant, prend contact, tend sa ligne de dessus, ainsi son cavalier peut organiser son couloir de rêne, l’extrémité de la cravache contre la hanche, les mains écartées de la largeur des deux oreilles que les pouces visent, car l’ajustement des rênes et le positionnement des bras souples semi-ployés s’automatisent. Dans cette attitude de soutien des poignets et d’organisation du couloir des rênes, le cavalier n’a plus qu’à y propulser son cheval « en se laissant tirer par les rênes ». Il reste au pédagogue à stabiliser les couples au trot et au galop, moyen, puis progressivement mais sûrement les éduquer aux tempos extrêmes « allongé » et « de travail » dans le couloir des aides.

 

En fin de travail, 5 minutes de détente sont offertes, dans la nature de préférence, rênes allongées, mais les coudes surtout dégagés du corps.

 

Il faut tuer la culture du bidouillage à 2 à l’heure, les coudes pliés à tirer !

 

 

 

 

8. Agrément label FFE aux centres équestres ! (--)

par Adeline Cancre  (Tout public)

 

Georges Marchais dirait du label FFE : « C’est un scandale » !

Voici l’audit du non agrément d’un des meilleurs établissements visités, le meilleur dans son genre, une pédagogie exceptionnelle du débutant à la formation d’un cavalier d’obstacle. Les trois débutants de l’année, observés la veille, avaient déjà la position de celles de ces liens… bien sûr ! Découvrez ce lien, le 3ème feuillet « Points de progrès » vaut son pesant de cacahouètes : http://www.larelationchevalcavalier.com/File/non_agrement_labelFFE.pdf

 

 

 

 

9. Représentativité en France ! (-/+) 

par Daniel Augereau, propriétaire et éleveur (Tout public)

 

JDG du 06/12/13 :

 

« Quand il y a danger, l’autruche s’empresse d’enfouir sa tête dans le sable. Refuser de voir la réalité et se voiler la face, telle aura été la réaction coupable des dirigeants des sociétés-mères à la lecture du rapport que François Fillon, en tant que Premier ministre, m’avait confié.

 

C’était il y a deux ans. Deux années de perdues dont dix-huit mois de gestation d’un comité stratégique dont les propositions à peine nées sont, elles aussi, mortes dans l’oeuf. La fragilité du galopeur face à la robustesse du trotteur fait subir à sa société-mère les premiers effets d’une crise annoncée. Le contre feu du projet d’entreprise de France Galop n’aura été qu’un pétard mouillé dont on ne retiendra que la volte-face de son président pyromane face à la réaction du

député-maire de Maisons-Laffitte et à celle des professionnels.

Ce rétropédalage est révélateur d’une impuissance qui augure mal de la gestion de la crise actuelle du galop. Quand on est contraint de marcher sur ses propres oeufs, quelle autre alternative à l’action que celle de l’immobilisme ? Quitte à se répandre dans la presse en paroles qui ne veulent plus rien dire. Ou à des hypothèses utopistes comme la problématique de la manne des Qataris pour garantir la survie de Longchamp et, accessoirement, éponger le déficit d’un budget moribond ?

Face à une incurie qui fragilise l’ensemble de l’Institution, l’État lui aussi, passé maître en rétropédalage, a beau jeu d’accentuer son matraquage fiscal. Les courses françaises ne seraient-elles audibles par ses ministères de tutelle que par les seuls présidents potentats qui

sont censés les représenter ? Et leur statut associatif peut-il, légalement, continuer de supporter un pouvoir délibérément confisqué ?

 

Parmi les mesures immédiates que préconisait mon rapport, le préalable demandait une modification de la gouvernance de l’Institution par un amendement des différents décrets et

arrêtés de son organisation. Il appelait à des élections anticipées des comités et des conseils d’administration plus représentatifs des composantes actives de la filière hippique.

C’est la condition première qui permettrait de redonner à l’économie des courses le ballon d’oxygène dont elle a grand besoin, non pas en vendant ses bijoux de famille pour redorer

le blason de Longchamp, mais en lui donnant les moyens, dans un esprit non plus féodal mais entrepreneurial, de réorganiser ses forces productrices pour qu’elles continuent de justifier son "modèle d’excellence". »

 

 

10. Equilibre sur les pieds par la FFE ! (--)

par la REF (Tout public… )

 

 

Quand j'ai vu la photo, j'ai eu peur pour le cavalier !

 

Cherchez les erreurs, j’en vois au moins quatre ?

 

Ont collaboré à la réalisation de LA REF : FFE centre de contact, FFE Développement, FFE DTN, FFE Parc, FFE Publication, FFE qualité et FFE Ressources ! A quand la FFE Cavalier ?

 

 

 

11. Retrait du SEC  (--)

par Le Conseil d’Administration du S.E.C.
 www.syndicat-sec.org

 

 

AC : commentaire dans le texte

14/12/13

Chers amis,

Malgré notre acharnement, nous constatons que les responsables de la filière restent assis sur leurs prérogatives et s'opposent aux changements.
Les multiples attaques orales, écrites, publiques et privées, parfois calomnieuses, visent à discréditer parfois gravement les dirigeants du S.E.C., les contraignant à protéger leur intégrité professionnelle.
Le texte ci-dessous sera diffusé très largement la semaine prochaine. Au cours de cette petite année de travail, nous avons apprécié votre soutien et nous vous remercions de la confiance que vous avez bien voulu nous témoigner.
Très chaleureusement,
François LEVY

*******************************************

Le S.E.C. se met en retrait

Le S.E.C a été créé en décembre 2012. Les professionnels du S.E.C ont suggéré aux responsables de notre filière en voie de paupérisation des pistes de réorganisation pour retrouver dynamisme et rentabilité :

- Création d'un certificat de qualification professionnelle pour les cavaliers jeunes chevaux et inscription au RNCP : Excellente idée ou obtention du Galop 9

- Sélection des jeunes étalons à moindre coût et gestion du parc d’étalons agréés dans la durée (ne conserver que les meilleurs) : Excellente idée

- Sélection des poulinières sur performances ou sur performances de la lignée maternelle : Actualité

- Rétablissement de la prime au naisseur (PAN) : Excellente idée lors de la réoganisation générale souhaitée

- Réorganisation de la formation des professionnels de l’élevage via la FAFSEA et VIVEA :certainement une bonne idée. Ce n’est pas 3 jours de quelques stages qui font un Pro en quoique se soit !

- Suppression des ventes coûteuses et inefficaces organisées par les SHF, ANSF, UNIC, de Chazey, Lyon, Le Mans, etc. Il sera difficile d’investir autant d’argent pour si peu de retour : l’idée avait 20 années de retard !

- Transparence des offres commerciales et des transactions :une conséquence d’un cercle vertueux à construire…

- Simplification et modernisation du cycle classique jeunes chevaux trop lourd, trop cher et distinction entre formation et sélection :excellente idée

Réforme statutaire et donc du mode électif de la FFE pour plus de démocratie. Refonte de son mode gouvernance pour une meilleure gestion :Le plus simple reste de changer le chef…

- Réforme des statuts de la SHF pour une professionnalisation de la filière et  une réforme de son mode de gouvernance. Création d’une direction générale autonome et responsable :Le plus simple reste de changer le chef…

- Seul le sport est source de commerce. Il faut organiser le commerce autour des terrains de sport en liaison avec les marchands :Inexact car restrictif, le loisir existe et heureusement !

- Frais vétérinaires en alignement des autres animaux pour les actes et les produits :actualité.

- Modification des allocations du Fonds Eperon et affectation des sommes disponibles aux primes d’élevages et aux dotations pour l’élevage et le sport :la réponse est trop simple !

- Réorganisation de l’UNIC pour être au service des marchands. Réduire les structures et affecter les aides directement aux professionnels : sujet personnellement méconnu.

- Création de groupements d’intérêts économiques dans chaque région dans le cadre des ex-haras nationaux pour organiser les économies d’échelle et la mise en commun par les professionnels de tout ce qui peut l’être, par exemple, utiliser les infrastructures existantes pour des rassemblements d’équidés à but de présentations commerciales : certainement une bonne idée, mais doit être fédérée par les autorités, mais on revient à la case départ, faut changer 2 chefs !

- Réorganisation de la grande semaine de l’élevage autour de tous les stud-books et du commerce des chevaux de sport :bien sûr pour le second point. Pour le premier, la présentation des chevaux étrangers comme cette année (juste à Fontainebleau) a sélectionné les commercialisables, cela me semble répondre déjà au premier point ? Bien sûr, les bons chevaux étrangers doivent conserver cette opportunité.

- Faire accorder par les collectivités territoriales au sport hippique les mêmes aides que celles accordées aux autres sports :Définir le statut du cheval en 2014 me semble le premier travail à éclaircir et c’est un véritable dossier…

- Demander à la BPI de considérer notre filière et lui accorder les crédits nécessaires :sera peut être considéré si la filière est fédérée et organisée, car la problématique reste de prêter de l’argent à des personnes « qui ne motivent pas »…

- Etc…
Force est de constater que si de nombreuses pistes de réorganisation ont été proposées, l’écho auprès des responsables de la filière a été inexistant ou diffus et non reconnu. Les pistes de  réflexion ont été proposées par le S.E.C. dans ses «  Réorganisons-nous » sur son site Internet et via d’importants mailings hebdomadaires auprès des professionnels. La réforme des statuts et de  gouvernance des organismes dirigeant la filière a été suggérée. Le S.E.C. a eu le mérite de faire prendre conscience aux politiques de l’existence même  de cette filière de son rôle économique et social et des difficultés auxquelles elle est confrontée. Certainement, cela confirme que  le long terme est à privilégier sur l’acharnement. C’est comme ça que les bonnes idées finissent par prendre la place des moins bonnes. Le temps fait de l’argent !

1) Aujourd’hui, les dirigeants du S.E.C. craignent pour leur intégrité professionnelle.
Les responsables de la filière refusent le dialogue avec le S.E.C. et  répandent des propos ou commettent des écrits privés qui mettent en cause l’intégrité professionnelle des dirigeants.
Les propos des responsables de la filière, clamés ici ou là, sont généralement  critiques envers le S.E.C. et peuvent se résumer comme suit : « Si vous n’êtes pas content, faites-vous élire ».
Très clairement les responsables de la filière refusent le dialogue. On peut discuter des hommes, mais pas des idées…
Le mode électif et de gouvernance actuels des organismes de la filière permettent à ceux qui accèdent au pouvoir de l’assurer sans opposition. Ils ne dialoguent pas avec les syndicats. Ils ne les reconnaissent pas.

 

Il est vrai que l’on ne fait pas étalage des personnes qui cherchent à promouvoir la sélection en France ! Les médias apprécient plus soutenir les polémiques que promouvoir les solutions…

 



2) Monsieur Le Foll refuse de nous recevoir

Le Premier Ministre, interrogé par le S.E.C., par l’intermédiaire de son chef de cabinet, Monsieur Jean-Pierre Guérin, nous a demandé de prendre rendez-vous avec le Ministre de l’Agriculture. Le Ministre de l’Artisanat et du Commerce, interrogé, nous a conseillé de prendre rendez-vous avec le Ministre de l’Agriculture. Le Ministre des Sports, lui aussi sollicité, nous a proposé de prendre rendez-vous avec le Ministre de l’Agriculture. Le Ministre de l’Agriculture sollicité par nous, a refusé de nous recevoir.

Personnellement, je fais ce qui me semble être bon pour les hommes (comme je le faisais pour les chevaux qui me l’ont bien rendu). Si on doit arrêter aux premières oppositions, est-il nécessaire de commencer ? il faut apprendre à réguler son enthousiasme, « l’acharnement », le temps aide à y parvenir. C’est vrai, il faut être un brin téméraire !


3) Monsieur Chauvin refuse de nous recevoir

A la demande du Ministre de l’Agriculture, le S.E.C.  a toutefois, été reçu une première fois par Monsieur Schwartz (Direction générale des politiques agricole, agroalimentaire et des territoires, Service de la forêt, de la ruralité et du cheval, Sous-direction du développement rural et du cheval) qui nous a conseillé de prendre rendez-vous avec le Président de la S.H.F., Monsieur Chauvin. Ce dernier n’a pas souhaité nous recevoir.Pas très étonnant de la part d’un Président capable de faire du chantage à une équipe qui souhaite agir pour le bien de sa filière !


A le demande du Ministre de l’Agriculture, suite à une nouvelle demande de notre part, nous avons été reçus par Monsieur Falcone, conseiller technique chargé du développement durable de la Forêt et du Cheval, qui nous a conseillé de rencontrer le Président de la S.H.F., Monsieur Chauvin. Ce dernier n’a pas souhaité donner suite à notre demande de rendez-vous. Les mauvais sujets ont la peau dure !

Nous avons, à nouveau, écrit au Ministre de l’Agriculture pour attirer son attention sur le fait que la S.H.F. ne représentait qu’une petite partie de la filière et qu’une réunion réunissant commerce, sport et agriculture permettrait d’évoquer les pistes du redressement de la filière. Il a répondu à notre courrier, par l’intermédiaire de son chef de cabinet, Monsieur Jean-Pierre Guérin, en nous invitant à prendre rendez-vous avec le président de la S.H.F. Nous avons écrit à Monsieur Chauvin. A ce jour, il n’a pas répondu.Alors simplement pour cette raison, le SEC devrait poursuivre sa mission !


4) Monsieur Lecomte refuse de nous recevoir

Malgré des demandes de rendez-vous, via ses proches, le responsable du G.H.N. un cadre de la F.F.E.,  des courriers, Monsieur Serge Lecomte n’a pas souhaité nous rencontrer.
Informés depuis 2007 de la modification de TVA, rien n’a été proposé, à part un report obtenu en 2012, aucune proposition sérieuse n’a été présentée par la F.F.E. et le G.H.N. et les manifestations actuelles sont tardives et mal orientées. Les solutions, pourtant simples, suggérées par le SEC n’ont pas été prises en compte.
Le sujet ne semble quand même pas simple aujourd’hui, car la manipulation a duré le temps de ce qui aurait pu permettre un probable ajustement ? Si c’est possible, cela se fera.


5) Le procès contre la SHF de certains professionnels en leur nom propre.

La SHF crie victoire… par voie de presse…  avec un communiqué mensonger. En effet, les demandeurs pas encore été déboutés… le juge ne s’est pas prononcé sur les demandes.     il a décidé simplement que le TGI n’était pas compétent pour juger et a indiqué que ce serait le tribunal administratif qui était apte à juger cette affaire.
De plus, la SHF a fait paraître dans son communiqué la liste nominative de tous les demandeurs de cette affaire… Cela rappelle de tristes souvenirs…

De tels combats ne se gagnent pas rapidement, les pressions étaient avérées. Les sanctions certainement excessives. Il ne faut pas attendre de l’état de tuer une institution, même si elle est dirigée par un homme au minima suffisant. Pauvre SHF, elle méritait autre chose !


CONCLUSION
L’absence de dialogue au sein de la filière est soigneusement entretenue par ceux-là mêmes chargés de la conduire.

On peut s’étonner aussi de n’être que 300 adhérents. Le projet du S.E.C. n’a pas été soutenu par un nombre de professionnels suffisant. Les tirs de barrage des responsables de la filière sont une des causes. Le manque de clarté de nos objectifs en est peut-être une autre.Paris ne s’est pas construit en un jour… Tout le monde fait des erreurs et la vie ne demande qu’à s’ajuster, se préciser…

Tout ça, sous l’œil bienveillant des politiques qui n’ont que faire de cette filière. Comme nous a dit le responsable du groupe cheval de l’Assemblée Nationale, après un cours rendez-vous ou nous avons présenté nos revendications « excusez-moi, mais j’ai un autre rendez-vous ».Il faut quand même comprendre les gouvernements trompés par un président de le FFE, qui a placé une filière hors la loi. Cependant, il a toujours été aussi débouté de tous les chefs d’accusation : hors la loi un jour, hors la loi toujours !

Les voies de réorganisation de la filière proposées  par le S.E.C. sont considérées par les responsables de la filière comme des attaques personnelles ! Pourquoi refusent-ils tous le dialogue. Que craignent-ils ? Le S.E.C. est le SEUL syndicat national représentant les SEULS professionnels. Pourquoi ces attaques ordurières contre le S.E.C. ? Pourquoi ces attaques en forme de menaces ? Pourquoi ce mépris ? Pourquoi ce déni de démocratie ? Pourquoi des attaques personnelles au lieu de débattre des idées ?Les peurs de l’inconnu, du manque de confiance en soi et de temps pour maintenir ses affaires à flot, des coups à prendre… la nullité du dicton : « vivons heureux, vivons cachés », la preuve !

En attendant, les dirigeants actuels du S.E.C. ont décidé à l’unanimité de mettre le S.E.C. en sommeil pour protéger tous ses adhérents.

Les attaques virulentes dont le S.E.C. est l’objet sont indignes. L’intégrité des membres du S.E.C. est à préserver. L’impossibilité d’un dialogue social dans cette filière est un fait avec lequel il faut compter. Le dialogue ne laisse pas place à l’acharnement. Parfois faut laisser faire même si cela peut dérouter au début !

Le SEC a choisi de se mettre en retrait.C’est votre droit mais c’est dommage et un coup pour rien … Les organisations qui grandissent sont celles qui résistent et persévèrent, un peu comme une plante au milieu des orties !

 

12. Guide FFE Galop 3 (-/+)

par Adeline Cancre (Tout public)

 

Le Guide FFE Galop 3 est sorti. Dès que je le croise, je vous promets sa critique…
L’accroche « Conduite, contrôle et saut » et ce pluriel me place dans le doute : « les différentes positions » m’interpellent…

 

J’ai hâte d’y lire que les élèves doivent poser leurs mains pendant le planer, les pieds parallèles pour garder les cuisses sur leur plat afin d’optimiser l’harmonie et la fixité à cheval. A suivre.

 

13. Elevage du Cheval de Sport, des pères appréciés (++)

par Adeline Cancre (Eleveurs…)

 

Deux noms s’ajoutent à mes chouchous Upsilon (facteur AA) et Potter de Manaou (AA), Jaguar Mail (avec une mère qui montre un bon coup de genoux) et Nervoso (Le Tôt de Semilly x Galoubet). Si le premier est un père maintenant confirmé améliorateur, le second m’a fait déjà rencontrer une magnifique et bonne 3 ans (Nervoso x Papillon Rouge) et deux précédents échos lui étaient déjà favorables : 3/3 c’est rare car actuellement mes rencontres « élevage » sont moindres.

 

A ce sujet, j’étais fière que l’équipe Fences reprennent mon idée de « Sélection de chevaux à vendre »… Voici le premier écho lorsqu’on me demandait où en étaient mes sélections : « Chez nous sont venus des jeunes qui n’y connaissent rien… Les bons se mettent en veille !». Regrettable. Personnellement, je ne peux pas être sur tous les fronts, même si tous me passionnent. Je construis tranquillement ce qui me semble préférable et accessible pour changer l’avenir.

 

 

 

14. Des émotions plein les yeux (++) 

par Adeline Cancre (Tout public)

 

En ligne de mire le Prix d’Amérique

Les réactions de Philippe Allaire, propriétaire de Ready Cash :

http://youtu.be/4lvgENqWHoI

 

Le Prix de Bourgogne et Texas Charm : http://youtu.be/X2oQs--Wkgo

Julien Dubois : http://youtu.be/YuXU36kLhcE

 

 

Les grandes dates de l’obstacle en 2013 par JDG

 

13 mars - Cheltenham

Queen Mother Champion Chase (Gr1)

APPELEZ-LE "INVINCIBLE SPRINTER"

http://www.youtube.com/watch?v=BQIOAhPkC2A

 

 

19 mai - Auteuil

Gras Savoye Grand Steeple-Chase De Paris (Gr1)

LE TRIOMPHE DE BEL LA VIE

http://www.youtube.com/watch?v=x-vMoSUrU3I

 

CLAP DE FIN POUR MID DANCER

Grande Course de Haies d’Auteuil : http://www.youtube.com/watch?v=kV4lck5h4gc

Grand Steeple 2007 : http://www.youtube.com/watch?v=oAzbaRgNdEY

Grand Steeple 2011 : http://www.youtube.com/watch?v=K4WBsNrBKok

Grand Steeple 2012 http://www.youtube.com/watch?v=Ch8bbyffgjg

 

 

9 Juin - Auteuil

Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1)

GÉMIX PULVÉRISE LES ANGLO-IRLANDAIS

http://www.youtube.com/watch?v=yweqiGTTEWk

 

 

15. Recommandés par LRCC (++)

par Adeline Cancre (Tout public)

 

Chevaux et poneys à vendre

C’est l’Homme qui fait le Cheval donc, si vous cherchez un cheval ou un poney à acheter, il semble profitable de contacter directement les valorisateurs de chevaux et poneys recommandés par LRCC. Ces hommes et femmes sont sympas, pas forcement des commerçants, mais des travailleurs qui savent de quoi ils parlent, c’est l’essentiel lorsque l’on souhaite investir : http://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Methodes/Cavaliers_Jeunes_Chevaux

 

 

Stages recommandés LRCC (avec cheval et exceptionnellement sans)

Choisissez un référent de qualité et rencontrez-le régulièrement :

http://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Intervenants/intervenants

 

 

Stages recommandés LRCC (sans cheval)

AC : Voici une sélection d’établissements équestres où j’ai passé un minimum de 3 jours :

http://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Methodes/Centres_Equestres

 

Rappelez-vous toujours que de tenir à cheval est (très… trop) facile, mais que la pratique de

l’équitation est une démarche d’écoute, d’ajustements de position et de répétitions JUSTES

(comme dans toute démarche d’apprentissage) à organiser auprès de personnes compétentes. Ce sont les raisons pour lesquelles il est important de choisir un centre équestre ou/et ses enseignants, en considérant une somme de critères, qui vous feront progresser grâce aux préliminaires de contrôle d’une position neutre (la condition obligatoire pour découvrir la véritable indépendance des aides). Leurs explications et les exercices seront simples (ce qui permet de comprendre le cheminement), structurants et adaptés à votre niveau. Mais les répétitions pour l’ajustement de LA position sont déterminantes comme valeur pédagogique de progression et de satisfaction. Cela pourrait sembler une perte de temps, mais elle est INCONTOURNABLE…

 

 

Formations et formateurs BPJEPS recommandées LRCC

http://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Accueil/formationBPJEP_recommandee

 

Formations « Cavaliers pros »  recommandées LRCC

www.larelationchevalcavalier.com/?C=Accueil/formation_cavalier

 

 

16. Week-end, vacances... (++)

par Adeline Cancre (Tout public)

 

Billebaudez à cheval ou à poney dans le Beaujolais vert, dans un cadre inattendu et confortable. Offrez-vous un week-end pour apprendre à monter à cheval, arpenter la campagne entre sauna et jacuzzi. Nichée dans une combe à 550 m d’altitude, il y fait bon l’hiver et frais l’été. Gîte, auberge et poney-club : www.larelationchevalcavalier.com/?C=Methodes/Detail_centres_equestres&Pop=1&ctreq=153

 

La région offre aussi : www.billebaudez.net

 

 

 

 

17. Courses & Sports équestres : 5

par Adeline Cancre (Tout public)

 

 

Premier rendez-vous : http://www.larelationchevalcavalier.com/File/1_Le_Cheval.pdf
Deuxième rendez-vous : http://www.larelationchevalcavalier.com/File/2_Cheval.pdf

Troisième rendez-vous : http://www.larelationchevalcavalier.com/File/3_Cheval.pdf

Quatrième rendez-vous : http://www.larelationchevalcavalier.com/File/4_Cheval.pdf

Cinquième rendez-vous : http://www.larelationchevalcavalier.com/File/5_Cheval.pdf

 

 

18. Vivre sa passion pour 5 000 euros/3 ans (++)

par JDG et Marcel Chaouat (Passionnés des courses… Tout public)

 

AC : C’est sûr que si les maux de cette filière se résolvaient, je ferai partie de ce club !

 

JDG 19/12/13

« NAISSANCE D’UNE NOUVELLE ÉCURIE DE GROUPE SOUS FORME DE CLUB

Marcel Chaouat va lancer le Passion Racing Club, une nouvelle écurie de groupe qui réunira entre 50 et 70 membres. Une quinzaine de chevaux sera amenée à représenter cette écurie. Nous sommes revenus avec Marcel Chaouat sur la création de celle-ci, son fonctionnement et ses attentes.

 

Passion, convivialité et échanges au centre du passion racing club

Passion sera le maître mot de la nouvelle écurie de groupe que s’apprête à lancer Marcel Chaouat : le Passion Racing Club. Propriétaire depuis plusieurs dizaines d’années, il nous a expliqué en ces termes la définition de sa nouvelle écurie : « Passion Racing Club : passion, c’est pour la passion que représentent les courses. Racing : ce sont les courses. Club : car je voudrais créer un club de passionnés qui échangent ensemble. Aujourd’hui, le monde des courses, c’est chacun

pour soi et Dieu pour tous. Je voudrais créer un club qui rassemblera.

Ce que j’ai créé avec l’île Maurice, c’est de la convivialité, du rapprochement dans le microcosme hippique, des soirées, des voyages. Louis Romanet dit toujours en parlant de moi : "Il a apporté quelque chose que nous n’avons pas réussi à introduire : de la convivialité". Je serai présent aux

courses régulièrement, lorsque les membres se déplaceront. Je serai un peu comme un moniteur d'auto-école. Je ferai découvrir les coulisses des courses à ceux qui ne les connaissent pas encore, la salle des balances, les espaces réservés aux propriétaires, les écuries, le rond de présentation, et ils pourront assister aux ordres donnés par l'entraîneur au jockey quand nous aurons un partant. »

 

Comment fonctionnera l’écurie ?

Le Passion Racing Club sera constitué de cent parts. Marcel Chaouat et son associé, Frédéric Dezzutto, prendront vingt parts sur les cent émises, soit 20 % du fonds d’investissement.

Le nombre de membres se situera entre cinquante et soixante. Le prix d’une part sera de 5.000 euros et la durée du Passion Racing Club sera de trois ans. Marcel Chaouat

nous a expliqué : « Avec cent parts, cela fera 500.000 euros à disposition. Avec ces 500.000 euros, nous avons prévu d’acheter quinze chevaux prêts à courir, surtout dans des

"réclamer". Mais surtout des chevaux avec de l’espoir, des 2 ou 3ans qui n’ont pas beaucoup couru, de façon à avoir une chance peut-être de sortir un cheval correct. Je veux faire cent partants par an avec mes quinze chevaux. Si je fais cela, cela donnera trois cents partants en trois ans. Cinq mille euros divisés par trois cents, cela fera seize euros par partant, ce n’est pas cher pour un passionné. Nous enverrons des newsletters régulièrement à travers rtl.net. Ce sera une Sarl. Nous aurons un rapport d’activité tous les trois mois, ensuite une A.G. par an. Si nous avons un peu d’argent devant nous, grâce à un cheval qui a gagné une bonne course, nous organiserons un dîner débat où chacun donnera son avis sur les orientations à prendre sur l’écurie. Au bout des trois ans, soit nous décidons de continuer l’aventure, soit nous décidons d’arrêter. L’avantage c’est que nous serons professionnels. La T.V.A. est passée de 5,5 % à 7 % puis à 19,6 % et enfin à 20 %. Je serai le gérant intervenant, donc nous pourrons récupérer

la T.V.A. De plus, je vais gérer l’écurie comme une entreprise, en serrant les coûts. Je vais m’investir auprès de l’entraîneur, pour les courses à courir, les carrières, j’aurais

un rôle de manager, mais.... non rémunéré. »

 

Trois entraîneurs sélectionnés

Trois entraîneurs ont été retenus, pour le moment, pour s’occuper des chevaux du Passion Racing Club. Marcel Chaouat nous a confié : « Pour l’instant, nous avons sélectionné Yann Barberot pour le plat, David Windrif pour le plat et l’obstacle, et Guillaume Macaire uniquement pour l’obstacle. Tous sont séduits par l’idée, ils sont concernés, vont jouer le jeu pour que ce club de passionnés puisse durer le plus longtemps possible. » La casaque du Passion Racing Club sera blanche, avec des épaulettes rouges et RTL sur le devant ou dans le dos.

 

Pour adhérer au club, contacter Marcel Chaouat : galopathlon@hotmail.fr

 

 

 

 

 

 

19. Les bras souples avec Charlotte Dujardin (++)

par Youtube (Tout cavalier…)

 

http://youtu.be/0W6xulR58Cc

 

Bien sûr, le bassin fonctionne comme jamais car les bras souples équilibrent l’axe vertical et renforce la fixité des jambes. Les bras et les jambes sont les moyens et le rôle du bassin, la conséquence du maintien de l’axe vertical. Les veilles lunes françaises pensent différemment, mais que ces personnes me rappellent en combien de temps les anglais ont dominé le Dressage mondial ?

Je n’ai pas trouvé la vidéo de la jeune cavalière Lara Griffiths (25 ans) avec son vieux cheval de 18 ans (Olympia 2013). Je dirais que la relève est assurée lorsque l’on observe la progression avec la vidéo de septembre 2013…

 

Le rôle des bras joue un rôle essentiel dans tous les sports, également dans l’équitation.

 

 

20. Fin de BMC au stud-book SF ! (--)

par Adeline Cancre (Le monde de l’élevage…Tout public)

 

Bernard Le Courtois jette l’éponge ! Je crois que c’est le seul éleveur compétent qui a eu le courage de prendre les rênes du Stud-book SF comme je l’ai déjà dit sur Facebook : « Bien triste nouvelle, trop de compétences ! ».

 

Contre vent et marées, il avait déjà pris de grandes décisions :
- Supprimer le BLUP,  pour développer aux petits éleveurs la culture de l’élevage que « contrôle » par tradition les éleveurs dont leurs productions dénotent régulièrement de performances internationales  ;
- Ouvrir un annexe franco-français chez le SF ;
- Ajuster les statistiques de la production des étalons au nombre de naissances ;
- Encourager à la sélection des mères
- Encourager et "péréniser" le jugement à l'aveugle...

 

Si ces 5 conditions s’associent les petits éleveurs du stud-book SF iront rapidement vers des jours meilleurs. Sinon le cercle vicieux se poursuivra sans modifications des données qui font le système ! Ah si, si les petits éleveurs disparaissent les étalonniers subiront aussi la loi de la sélection naturelle…

 

 

Si vous avez apprécié la lecture de cette newsletter, pensez à la transmettre à vos amis.
Si vous n’appréciez pas… le droit de réponse est encouragé car la critique montre l’intérêt
et produit les solutions comme le consensus.

 

L’association LRCC remercie sa sympathique correctrice bénévole, Jocelyne,
le secrétaire générale de l’Association. En 2014, Francis apporte sa contribution
Merci à tous les deux, vous êtes indispensables.

 


Cette newsletter est une Tribune ouverte à tous, et sur tous les sujets, pour l’intérêt du Cheval et de ses passionnés. Pour transmettre aussi vos idées http://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Accueil/Contact

 

 



La relation cheval cavalier