logo : La relation cheval cavalier

20 mois d audits dans les Sports Equestres

La relation cheval cavalier

 

Déjà 20 mois d’échanges, plus de 700 établissements et évènements équestres audités, la FFE remplit-elle bien ses objectif et missions comme définis dans son statut associatif ?

Cliquez ICI

 

2. Coup de cœur (++)

2 bis. Hippodrome Touques – Deauville : 150 ans (++)

3. Alimentation & Santé ! (++)

3bis. Lien entre fourrage et fertilité (++)

4. Flop…  Top… (-/+)

5. Photos « Juillet » - Observations « Août » (++)

6. A réfléchir ? (-/+)

7. Eurodéputés & Elevage P.S. (++)

7bis. Endurance & Arqana (++)

8. Courses & Emotions (++)

9. Elections FFE 2016 (-/+)

10. Recommandés par LRCC (++)

11. Les “TOP” FFE (++)

12. Les « Peut mieux faire »  FFE (-/+)

13. Les « FLOP » FFE (--)

14. L’ « inconnu » FFE

15. Les scandales FFE (----)

16. Techniques d’élevage (++)

 

 

 

 

 

 

 

2. Coup de cœur (++)

par Adeline Cancre (Tout public)

 

 Ce mois-ci, « en vacances », j’ai eu peu d’activités équestres. Il est l’heure de prendre du recul pour écrire l’avenir. Cependant, à l’occasion d’un dîner, je me suis trouvée face à une américaine qui venait de finir sa dernière année à Sciences-Po entre Aix en Provence et Paris, puis à Caen pour réaliser son stage. Si cette demoiselle était ravie de son hébergement chez une amie, elle était moins enthousiaste de son stage et de l’article à rédiger sur la plante du mois ! En effet, sur ses terres, cette jeune femme est aussi cavalière de complet. La raison ? Développer équitablement son niveau « sur le plat » et à l’obstacle, en pleine nature comme en carrière. Une raison pour s’intéresser à la technique qui dépasse les frontières ! Sa culture équestre lui aurait permis d’améliorer le quotidien d’un établissement équestre ou d’aider à la préparation des JEM ?
 

On s’est posé la question si Sciences-Po et les autres Grandes Ecoles avaient été contactés par l’organisation des JEM afin de bénéficier de ces forces vives internationales qui apprécient les chevaux ?

 

 

2 bis. Hippodrome Touques – Deauville : 150 ans (++)

par Adeline Cancre  (France Galop, Royal Barrière… Tout public)

 

Un jour, j'ai lu quelque part qu'il serait bien de faire une critique des hippodromes,
c'est parti :

 

++++
Bravo pour le Pass 100 % illimité pour une à deux personnes de 15 à 20 euros.
Pour les 15 derniers jours, nous pouvons espérer une offre inférieure ou peut être l’invitation de deux personnes au prix d’une ?
http://www.splio4.com/mr/6RJEBKvm6/82104/3425638446.html

 

 

Des points faibles :
1er jour : Bof la gaufre. Elle est bonne, mais molle. Si l’idée première est de refuser l’assiette, c’est impossible. On vous propose gentiment des couverts, mais vous imaginez le rond de présentation, l’assiette, les couverts, la gaufre, le programme, les lunettes… alors vous mangez avec vos doigts… y a pire quoique vous rêvez à une bonne gaufre !
 

2ème jour : Haro pour le sandwich américain à 4,5 euros

Le prix n’est pas le problème si la qualité suit. Et là, c’est le problème, la garniture est tout à fait correcte, mais le pain est caoutchouteux à se (re)casser la mâchoire. Heureusement dans le doute d’avoir beaucoup soif, j’avais acheté ½ l de Fanta : il fallait au moins ça !!
Vous avez compris le sandwich n'est pas terrible et en plus, il était bien froid !


3ème jour : on réduit la voile et déjeune chez soi en cavalant pour ne pas rater la première course (de 12 h 45 à 13 h 30) et on se contente d’un café. Tout à fait correct (2,5 euros).

Je ne sais pas comment est le restaurant, mais pour l’instant je manque de motivation pour m’y rendre !

 

Je réaliserai une plus longue critique dans la Lettre d’information de septembre, d’ailleurs largement positive avec  quelques suggestions, mais d’ici là SVP rectifier le sandwich pour ne pas succomber au second essai !

 

 

 

3. Alimentation & Santé ! (++)

par JDG & Samy Julliand  (Tout public)

 

VALORISATION DES ALIMENTS ÉNERGÉTIQUES : ALLIER SANTÉ ET ÉCONOMIE
 

Nous vous proposons aujourd’hui un nouveau volet de notre rubrique axée sur l’alimentation, en

partenariat avec la société de recherche et de conseil en nutrition équine Lab to Field. Samy Julliand, nutritionniste équin et directeur de Lab to Field, explique comment allier santé et économie via l’alimentation du cheval.

 

Fourrages et aliments complémentaires de fourrages sont les deux principales sources d’énergie dans les rations distribuées aux chevaux. Dans cet article, nous aborderons la digestion de ces constituants énergétiques et nous verrons en quoi le respect du fonctionnement digestif permet de nourrir le cheval tout en maintenant sa santé… et en limitant les coûts.

Grâce à des micro-organismes vivant en très grand nombre dans son gros intestin, le cheval peut digérer et tirer parti des fourrages qu’il consomme. Une partie de ces micro-organismes est capable de "découper" les chaînes de cellulose et d’hémicelluloses (longues chaînes de milliers de sucres simples : glucose, galactose, etc.) des parois végétales en plus petites molécules. Puis d’autres micro-organismes dégradent ("fermentent") ces molécules intermédiaires en nutriments

énergétiques. Les principaux produits de la fermentation sont des acides gras à chaîne courte composés de deux à quatre atomes de carbone. Ils sont appelés acides gras volatils (A.G.V.). Les A.G.V. sont absorbés au niveau du gros intestin et participent ensuite au métabolisme énergétique : deux kilos de foin apportent en moyenne au cheval autant d’énergie qu’un kilo d’orge.

Chez le cheval athlète, l’autre source d’énergie majeure est l’amidon, une molécule composée de milliers de glucoses qui assure le stockage énergétique de certaines familles botaniques (notamment des céréales). L’amidon peut être dégradé par des microorganismes, mais aussi par

des enzymes produites par le cheval. La digestion de l’amidon commence dès l’estomac, où des bactéries amylolytiques hébergées par le cheval le fermentent. L’apport énergétique du lactate et

des A.G.V. produits par cette fermentation gastrique est aujourd’hui inconnu. Dans l’intestin grêle, la majorité de la digestion de l’amidon est le fait d’enzymes (amylases) sécrétées par le cheval. Ces amylases cassent ("hydrolysent") les liaisons des molécules d’amidon et libèrent des molécules de glucose qui sont absorbées dans l’intestin grêle. Dans le gros intestin, la digestion de l’amidon est comme dans l’estomac due aux bactéries amylolytiques. Le cheval n’a qu’une capacité limitée de production d’amylases et d’absorption du glucose : au-delà d’un certain seuil,

calculé par les scientifiques à 200 g d’amidon par 100 kg de cheval et par repas (soit environ deux kilos d’orge par repas pour un pur-sang de 500 kg), tout l’amidon ingéré ne pourra pas être digéré dans l’estomac et l’intestin grêle. De l’amidon résiduel arrivera alors dans le gros intestin et y sera fermenté. Lors de cette digestion microbienne de l’amidon, une proportion importante de lactate (acide lactique) est produite en parallèle des A.G.V. De fortes concentrations de lactate font baisser le pH, ce qui provoque au niveau du gros intestin une "acidose" (graphique 1).

 

Les acidoses modifient l’écosystème microbien du gros intestin du cheval (graphique 2). Il a été observé qu’avec l’augmentation de la proportion de céréales dans la ration, le pH moyen du gros intestin diminuait, et que les populations de bactéries capables de dégrader la cellulose étaient

moins nombreuses et moins actives. Par ailleurs, l’absorption des A.G.V. est ralentie (voire inhibée) par les fortes concentrations en lactate. Ainsi, lorsque les apports en alimentsriches en amidon sont trop importants, le cheval valorise beaucoup moins bien sa ration et les risques de

pathologies d’origine digestive (diarrhées, coliques, fourbures, etc.) sont augmentés. Il est alors recommandé de diminuer l’apport de ces aliments, ce qui améliore la santé du cheval… ainsi que l’économie de la structure !

 

À titre d’exemple, voici un cas concret tiré d’un audit mené chez un entraîneur où plusieurs chevaux perdaient de l’état, présentaient une gêne abdominale et étaient moins performants.

Les chevaux recevaient au quotidien 10 kg de foin de prairie naturelle, 7 kg (14 l) de céréales (mélange d’orge et d’avoine noire) divisés en trois repas et un complément minéral et vitaminique (C.M.V.). L’étude des rations a mis en évidence des apports d’amidon trop importants pour la capacité de digestion du cheval. Après analyse des besoins nutritionnels des chevaux de cette écurie, la ration a été modifiée en 12 kg de foin, 3 kg du même mélange de céréales

et un C.M.V.

Dans le mois qui a suivi la modification, les gênes ont disparu et les chevaux ont repris de l’état. D’un point de vue économique, le coût quotidien de la ration est passé de 4,82 euros par jour et par cheval à 3,70 euros. Pour les trente  chevaux de l’écurie, ceci représente une économie brute en achat de matières premières de 12.200 euros par an… sans compter les améliorations de la santé.

 

 

Le foin occupe une place primordiale dans les rations quotidiennes du cheval, d'où l'importance de la qualité de cet aliment. Parfaitement adapté à l'alimentation équine, et en particulier à celle du cheval de course, le foin de Crau est un fourrage de premier choix depuis des décennies. En effet, ses qualités (bas taux de particules émis, appétibilité, haute valeur nutritionnelle, y compris une richesse exceptionnelle en minéraux et oligo-éléments, régularité dans la qualité et la

quantité de production) en font l'aliment primordial du cheval athlète.

E.A.R.L. Girard, entreprise familiale, productrice de foin de Crau exclusivement, au pied des Alpilles : tél : 06 61 62 65 17 et 04 90 45 14 46, contact@foindecrau.fr

 

 

Lab to Field est une société de recherche et de conseil en nutrition équine, dont les domaines de compétence s’articulent autour de trois axes : la nutrition équine, la santé digestive équine et la physiologie de l’exercice chez le cheval athlète. Pour plus de renseignements, vous pouvez consulter le site internet www.lab-to-field.com.

 

 

3bis. Lien entre fourrage et fertilité(++)

par JDG  (Tout public)

 

« Une étude menée par le CNRS a établi le lien entre mise à disposition de fourrage en continu et fertilité chez les juments. L’étude de Martine Hausberger et Haïfa Benhajali démontre que la structuration naturelle de l’alimentation chez les chevaux est un moyen efficace d’augmenter la fertilité.

Un premier groupe de juments avait accès à du fourrage ou de l’herbe, vingt-trois heures par jour. Un autre groupe de juments avait accès à la même quantité de fourrage, mais

dix-sept heures par jour. Le taux de fertilité du premier groupe était 47 % plus élevé que celui du second groupe à la fin de la saison. 81 % des juments du premier groupe étaient pleines à la mi-juillet, contre 53 % pour les juments du second groupe. L’expérimentation

portait sur cent juments arabes du Haras national de Sidi Thabet, en Tunisie. Toutes les poulinières vivaient en stalle individuelle la nuit et sortaient collectivement au

paddock six heures par jour. Les chercheurs ont suivi les juments pendant une saison entière de reproduction. Martine Hausberger a confié à la presse étrangère : « Cette étude est complètement en accord avec les résultats des études précédentes. Le bien-être des chevaux est amélioré lorsque ces derniers sont autorisés à s’alimenter sur de longues périodes, comme dans la nature. Quand nous les laissons vivre d’une manière naturelle, ils se portent mieux. L’amélioration de la fertilité en est une des conséquences. »

Pour lire l’étude en intégralité, cliquez ici:

http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0073858

 

 

4. Flop…  Top… (-/+)

par Adeline Cancre  (Tout public)

 

FLOP FLOP FLOP FLOP... JEM

C'est une honte, on doit aussi à Christian Philippe, le retour des étriers larges de Duguesclin :

https://www.facebook.com/notes/bertrand-van-roey/l%C3%A9quitation-pour-tous-nest-plus-une-sp%C3%A9cificit%C3%A9-fran%C3%A7aise/770010709709057

 

TOP

UNE "DOUBLE COURSE" EN SIMULTANÉ AUX Etats-Unis par JDG

« Les dirigeants de Canterbury Park, dans le Minnesota, ont eu une drôle d’idée pour faire parler de leur hippodrome. L’évènement de la réunion de samedi dernier, intitulée "Extreme Day Battle of the Surfaces", était une double course. Douze chevaux étaient en piste sur le gazon contre huit sur le dirt. Les stalles se sont ouvertes en même temps et deux commentateurs ont décrit les actions sur chaque piste. Pour s’assurer de l’égalité des partants, les chevaux qui partaient sur le turf se sont élancés cent mètres plus loin que ceux du dirt, du fait de la circonférence de la piste. De ce fait, ce sont les concurrents qui évoluaient sur le dirt qui ont terminé nettement devant leurs concurrents du turf. Près de dix-neuf mille spectateurs s’étaient donné rendez-vous sur l’hippodrome. « Nous ne sommes pas Saratoga ou Del Mar, a déclaré Eric Halstrom, le porte-parole de l’hippodrome. Nous avons besoin de créer de l’intérêt pour nos courses. Nous avons de belles épreuves ici, mais beaucoup d’hippodromes

en ont également. Nous essayons de faire les choses différemment pour attirer le plus de monde.» : http://www.youtube.com/watch?v=CuJHqR8QLP4

 

 

 

5. Photos « Juillet » - Observations « Août » (++)

par Adeline Cancre  (Tout public)

 

 

Que fait ce cavalier ?
Il tente de pousser son cheval vers l’extérieur, mais en prenant sur l’impulsion.

 

Que pouvons-nous observer ?
Un cheval contre la main et l’asymétrie de son cavalier. On est loin du couloir de rênes. Les bras sont tenus de manière asymétrique, les deux pouces se regardent, le bras gauche est raide et ses doigts sont ouverts. Un cavalier asymétrique ne peut avoir un cheval symétrique, car c’est le cavalier qui fait le cheval.

 

Que devrait changer ce cavalier ?

1. En ligne droite, ce cavalier devrait déjà se tenir symétriquement et poser un couloir des rênes en orientant ses deux pouces vers les deux oreilles du cheval, les bras sont symétriques et souples. Dans ces conditions, les rênes sont obligatoirement ajustées et les poignets maintenus.
 

2. Le cheval est porté en avant par son cavalier dans le couloir des rênes et l’y maintient. Le stick peut y aider. Couloir de rênes/propulsion… Propulsion/couloir des rênes ! Le cavalier est au-dessus de ses pieds, l’axe est vertical (épaules, dos, talons), ce qui est le cas.
 

3. Au début, pour faciliter le passage des coins, placer dans chacun d’entre eux, un couloir de barre assez large de 2 m afin que le couple passe bien au milieu sans réduire l’impulsion. A l’occasion des franchissements des coins, les bras, les pouces et les rênes du cavalier sont toujours parallèles au couloir des barres. Le cavalier laisse passer son cheval devant lui et doit penser à l’occasion des coins de garder ses pouces, ses coudes, ses bras quasiment symétriques, les conditions qui pose le couloir des rênes et sur lesquelles, le cheval va finir par articuler sa ligne de dessus.

 

Comme le présente la photo ci-dessous


Ce n’est pas le cavalier qui se tord, mais c’est le cheval impulsé qui articule sa ligne de dessus dans le couloir des rênes du cavalier. Les muscles de l’encolure (extérieurs) trop courts vont se dénouer grâce à l’accord des aides et à la propulsion. Les vertèbres pourront passer à partir de C1/C2
 

4. Le cheval et le cavalier se déplaçant certainement mieux à une main qu’à l’autre, le cavalier doit penser à changer de main régulièrement pour profiter du côté plus souple pour faire relâcher la musculature du cheval afin de mieux revenir, gentiment, à la main plus récalcitrante.
 

5. Alterner aussi les allures trot, pas (rênes longues), trot, pas, galop, pas (rênes longues), trot, pas, trot, pas, galop… et surtout garder l’impulsion, l’aide d’un stick évite de se fatiguer inutilement.

 

 

 

Que pouvons-nous observer ?
Une cavalière au trot assis accrochée à son cheval par ses talons. Un cheval, en dedans de la main, collé aux talons de son cavalier. Le couloir des rênes est posé, mais le cheval ne le tend pas. On imagine presque le cheval grincer des dents.

Des étriers non remontés qui ballottent où les pieds devraient se situer…

 

Que faudrait-il conseiller à cette cavalière ?

1. Au trot assis, remonter TOUJOURS les étriers de chaque côté de l’encolure.
2. La cavalière devrait corriger sa position au trot assis en portant ses pieds parallèles, en remontant ses pointes de pied et en descendant ces talons qui allongeront ses jambes. Pour les bras, il faudrait avancer les mains de 10 cm afin de se placer en équilibre et « avec son cheval » (identifier l’endroit d’une pince à linge fixe un repère visuel commun à l’enseignant et à l’élève), les pouces en direction des oreilles du cheval. La tenue des pieds parallèles engendre la fixité du cavalier par les cuisses tenues sur leur plat, mais permet aussi d’avoir le bas des jambes efficaces pour décoller et impulser le cheval dans le couloir des rênes bien posé.

3. Le cheval impulsé dans le couloir des rênes va prendre le contact et se tendre. Ce contact où le cheval va tirer sa cavalière par ses bras et son axe vertical, dans le confort de l’équilibre de sa cavalière, les oreilles de ce cheval se redresseront comme par magie.

 

NB. Pour un cheval de sang et en équilibre qui ne prend pas son mors sur le plat, je trouve ce mors bien fin et la muserolle italienne non forcement indispensable.

 

 

 

 

En 20 mois et plus de 500 établissements audités, j’ai observé des tonnes d’assouplissements dont la majorité était contre productif car l’association des caractéristiques qui équilibrent le cavalier n’étaient pas démontrés. En effet, si la tenue des pieds parallèles, des bras déployés et de l’assiette ne sont pas associés pendant un assouplissement pourquoi le seraient-il plus tard dans un exercice où d’autres paramètres s’ajouteront !

 

L’attitude de la photo démontre d’un équilibre parfait sur les pieds à l’occasion du plané.

 

Cette cavalière est parfaitement équilibré, son cheval se propulse, il bave de bonheur. C’était également mon cas. J’ai pris ces photos (et la suivante) dans un minuscule club en Vendée, L’école du Cheval (85). A l’occasion de cette visite, j’ai pensé à la formation des jockeys à l’AFASEC car  Caroline Milléroux place ses élèves dans l’attitude d’un cavalier d’entraînement avec la connaissance les bases élémentaires des Sports Equestres :

http://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Methodes/Detail_centres_equestres&Pop=1&ctreq=413

 

 

 

Quand l’enseignant connaît les bases de l’équilibre à cheval, les élèves le présentent, c’est même la condition sine qua non de contrôler un savoir faire dans l’enseignement, c’est de pouvoir le transmettre. Un cavalier amateur en équilibre sur ses pieds (pieds parallèles) optimisera TOUJOURS sa position d’équilibre par des bras déployés. Donc, il est indispensable que tout assouplissement démontre de cette attitude. C’est ce que j’adore sur la tonne de photos prisent à L’école du Cheval, les revoir m’ont permise de revivre ses  instants de délectation grâce à un cheval qui se porte en avant au contact de jambes fixes d’un cavalier équilibré.

 

Comme beaucoup de choses dans la vie, à l’occasion d’assouplissements, on se fiche de montrer des prouesses autour de déséquilibres qui coordonnent et mémorisent de mauvais circuits neuronaux qui seront rappelés lors des situations scabreuses, ils leurs sont préférés des mouvements simples démontrant l’équilibre parfait recherché. Depuis 1996, la culture des Galops A NIE cet équilibre par l’accord du corps où déjà trop peu de personnes excellaient…

 

La Vendée est le département où j’ai rencontré le plus grand nombre de professionnels  dont les élèves démontraient de « l’équilibre sur les pieds ». Vive la Vendée ! Mon souhait serait de participer à l’homogénéiser en France, car il représenterait l’émergence de la qualité qui dynamiserait la santé de la filière cheval. Le perfectionnement en équitation deviendrait facile…

 

ANECDOTE

En créant l’association La relation cheval cavalier, je ne me suis pas dit en me réveillant, je vais créer un réseau d’écoles d’équitation avec un label d’enseignement. Il m’a fallu une année pour en trouver l’idée. Pendant cette première année, j’ai sélectionné des chevaux et des poneys à vendre en me rendant sur les concours SHF (entre la Bretagne et les Pays de Loire c’est à dire où les syndicats d’éleveurs m’avait accueillie gentiment au téléphone), idée qui provenait simplement de mon expérience en milieu sportif, mais autre problématique de la filière. En parallèle, je chassais des intervenants pour Equestrian College, mais à force je me suis faite chassée et devais partir dans les 10 jours au Moyen-Orient. Je suis allée saluer Fernand Leredde qui a sauté sur le mors : « Ah non pas toi, tu es la seule disponible et connaissant la filière. Ce n’est quand même pas moi à 80 ans qui vais me rendre à St-Lô… Il faut que tu montes une Académie du Cheval. » !

 

Le Moyen-Orient a choisi un homme et j’ai pris mon bâton de pèlerin pour monter une Académie du Cheval. Le Conseil Général venait de récupérer de St Lô, c’était trop tôt ; Le Lion d’Angers devait déjà casé son personnel et le représentant de la Vendée voulait une personne qui se porte contre la FFE. Personnellement, je voulais apporter le complément à ses manquements. Lors du CIR de Cluny, les services fiscaux accordaient « l’intérêt général » à l’association. J’ai décidé qu’en octobre 2012, je partirai observer l’enseignement en centre équestre avec en second objectif, montrer autant que possible « ma » méthode du Débutant en longe.

 

Donc, la Vendée avait déjà été la plus sensible à ma démarche. Cette dernière expérience auprès des centres équestres m’a fait échanger avec des directions aussi posées que fédératrices, l’Académie du Cheval y aurait été bien pour développer gentiment sa maison mère, car Fernand en voyait 3 ou 4 (et moi aussi) ! Elle aurait été partenaire des centres équestres, écuries de sport, centres d’entraînement, hippodromes… elle aurait créé ce que la FFE oublie (consciemment) de faire.

 

 

 

Toujours en Vendée, je fais 5 km (j’arrive sans prévenir car le dernier mois, le manque de temps m’y a souvent obligé) et tombe sur un cours où tous les chevaux portaient un collier. J’ai observé des équilibres « sur le plat » parfaits, démontrant l’accord du corps par le maintien de bras déployés, la pose du couloir des rênes et des pieds parallèles.

 

Je reprocherais à cette jeune cavalière de ne pas suffisamment orienter ses pouces vers les oreilles de son poney. Pourquoi ? Car les articulations des coudes sont portés vers l’extérieur et que dans ce positionnement, elles pourraient plier, notamment à l’obstacle, et perdre l’accord du corps en passant devant (perte de la tension) ou derrière son cheval (prise sur l’impulsion).

Qu’un champion olympique de 30/50/60 ans le fasse n’est pas le problème, il a dépassé les étapes qui l’y ont menées, ce qui n’est pas le cas des cavaliers tendres où tout reste à faire. Dans ces conditions, il existe des détails qui simplement optimisent les chances : Les mains devant grâce à des bras déployés et des coudes au corps où le cheval peut sauter, libre de son cavalier en équilibre sur ses pieds.

 

D’ailleurs, cette jeune fille monte sur une selle Pratice Butet, sur laquelle il est fort à parier que ce manque de maintien des poignets rejailleraient sur la position des pieds et donc des jambes sur une mauvaise selle.

 

Toutes les adresses audités en Vendée : http ://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Methodes/Centres_Equestres

 

 

Pour se remémorer le bon fonctionnement du cheval, Facebook présente parfois des pépites :

 

 

 

6. A réfléchir ? (-/+) 

par Adeline Cancre (Tout public)

 

Voici de nouvelles photos à critiquer... Mes observations seront présentées dans la prochaine lettre d’information.

 

1

 

 

2

 

 

3

 

 

4

 

 

 

 

6

 

 

 

 

 

AIDE PEDAGOGIQUE :

http://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Accueil/Aide_pedagogique

 

 

A installer chez le débutant à l’occasion des 1ers cours, le contrôle de fondamentaux qui feront toujours la différence en dynamique :

- 2 à 3 cours particuliers (1/2 h) : http://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Accueil/Livre1#livre3

- 6 cours collectifs (1 h) : www.larelationchevalcavalier.com/?C=Ensemble/Ecole_du_debutant_gratuit

 

 

Pour le cavalier en recherche de perfectionnement dans l’intention de situer l’origine des problématiques : www.larelationchevalcavalier.com/?C=Accueil/Livre1

 

 

 

7. Eurodéputés & Elevage P.S. (++) 

par JDG (Tout public)

 

NOUVEAU DÉPLACEMENT À BRUXELLES DU SYNDICAT DES ÉLEVEURS POUR DÉFENDRE L’ÉLEVAGE DE PUR-SANG AUPRÈS DES EURODÉPUTÉS.

Les responsables du Syndicat des éleveurs ont organisé plusieurs rencontres avec des parlementaires français élus au

Parlement Européen à Bruxelles, les 22 et 23 juillet derniers, en marge d’une vaste journée de lobbying des associations

d’éleveurs européennes organisée par l’Eftba.

 

Le Syndicat des éleveurs, conscient du très fort impact de toutes les réglementations et lois imposées à Bruxelles, avait, comme lors de son déplacement en 2013, comme objectif de sensibiliser les parlementaires aux spécificités de notre métier, d’en défendre le savoir-faire et de créer des canaux de communication “en amont des problèmes”. Les interlocuteurs étaient ciblés

pour leurs compétences sur des sujets qui font ou feront prochainement l’objet de projets de lois.

La délégation était composée du président du Syndicat, Loïc Malivet, de Hubert Honoré

(vice-président et responsable des relations internationales), de Tim Richardson (membre du Comité et responsable de la Commission sanitaire), de Camille Vercken (directeur) et de Cathy McGlynn (secrétaire générale et lobbyiste pour l’Eftba).

 

Rencontre avec Brice Hortefeux, eurodéputé et membre de plusieurs commissions ayant trait au commerce et à la liberté d’échange.

Brice Hortefeux a été élu en mai 2014 au Parlement Européen. C’est une chance pour le Syndicat d’avoir pu obtenir un entretien avec ce dernier, car son influence au sein de sa famille politique est très importante. Élu de la Région Centre, il a surpris les représentants du Syndicat par sa bonne connaissance du milieu des courses et a été sensible aux questions du maintien du cheval dans le monde agricole, après avoir pris connaissance de l’importance de notre filière pour l’emploi dans les zones rurales et de sa présence homogène sur tout le territoire français.

 

Rencontre avec Eric Andrieu, député européen, vice-président de la commission de l’Agriculture et du développement rural et membre suppléant de la commission du commerce international

Éric Andrieu est le successeur de Stéphane Le Foll en tant qu’eurodéputé socialiste. Réélu en mai 2014, il est désormais vice-président de la Commission agriculture, et a de ce fait un rôle déterminant au Parlement Européen. C’est un excellent technicien de la PAC mais aussi des réglementations ayant trait aux problématiques sanitaires et zootechniques.

Les membres du syndicat avaient déjà vu Éric Andrieu en 2013 et c’est dans une logique de continuité de travail qu’ils ont sollicité un nouvel entretien en 2014.

Il est secondé par un attaché parlementaire très compétent en la personne de Jacques Loyau. Lors de son entretien, la délégation a souhaité mettre en avant l’importance de la dimension agricole du métier d’éleveur et les menaces qui pèsent sur celui-ci, dans le cadre de certains projets de réglementations européennes sur notre économie. En effet, en voulant trop légiférer, Bruxelles pourrait imposer aux “producteurs” européens de pur-sang des contraintes qui auraient pour conséquences d’exclure ces pur-sang du commerce mondial. C’est notamment le cas du projet de réglementation sur l’enregistrement des reproducteurs et de leurs produits, actuellement à l’étude à Bruxelles, et qui vise à harmoniser les conditions de reproduction entre tous les animaux d’élevage. Le Syndicat et l’Eftba ont proposé des aménagements spécifiques à la filière pur-sang afin que les éleveurs puissent continuer à produire selon les règles internationales de notre Stud-Book.

 

Rencontre avec jean Arthuis, eurodéputé, président de la commission du budget et membre suppléant de la commission de l’agriculture et du développement rural

L’influence de Jean Arthuis, président de l’une des commissions les plus importantes du Parlement Européen, est indéniable. Cet homme de cheval est un atout majeur pour la

défense de notre secteur et le Syndicat s’est félicité d’avoir pu lui exposer sa vision stratégique pour notre filière dans l’Europe de demain. L’équipe du Syndicat a pu mettre en avant l’importance de la filière cheval dans l’économie agricole européenne, mais aussi les menaces qui pourraient entraver sa compétitivité par exemple, lorsque la Commission envisage des réglementations sur le bien-être animal totalement inadaptées à notre mode de production. Cettetendance à vouloir légiférer sur toutes les conduites d’élevage autour du bien-être animal

est d’autant plus improductive qu’elle ne vise que les professionnels soit, à l’échelle européenne, 10 % des éleveurs de chevaux (toutes races confondues), en excluant les amateurs. L’ancien sénateur de Mayenne a assuré les représentants du Syndicat de son soutien dès lors qu’ils le

solliciteraient et a accepté la proposition de Loïc Malivet de reprendre les rênes et revitaliser le Groupe cheval au Parlement Européen.

Le lendemain, les représentants anglais, irlandais, allemands et français des associations d’éleveurs de l’Eftba se sont retrouvés lors d’une journée dédiée aux actions communes de lobbying avec plusieurs rendez-vous de qualité organisés par Cathy McGlynn.

 

Rencontre avec Andrea Purlan et elisabetta Siracusa, responsables (PAc - paiements directs et verdissement de la PAc 2014) à la Direction générale de l’agriculture de la commission européenne.

Lors de ce rendez-vous avec deux hauts responsables de l’actuelle mise en application de la réforme de la PAC, il était important de faire entendre tous les arguments qui font que

l’élevage de pur-sang s’inscrit totalement dans les récents objectifs de la réforme de la PAC. En effet, beaucoup d’aménagements sont encore discutés. Hubert Honoré a fait une présentation du label Equures qui propose une démarche de production raisonnée de chevaux, en totale adéquation avec les préconisationsactuelles de la Commission. Derek Iceton, le président des Éleveurs irlandais, a rappelé que, si par le nombre, la production de chevaux est inférieure à celle de moutons ou de vaches en Irlande, elle représente en valeur marchande près de 40 % des animaux d’élevage. C’est donc une production à ne pas oublier dans la valorisation de la PAC.

Les délégués ont pu ensuite s’entretenir avec deux eurodéputés irlandais, Andrea Purlan et Mairead McGuinness, tous les deux membres de la Commission agriculture, avant d’assister aux débats de cette même Commission en tant qu’invités.

 

Conclusion

Ce déplacement a été une nouvelle fois une réussite pour le Syndicat : les eurodéputés étaientsatisfaits de pouvoir échanger avec des organes représentatifs qui peuvent les aider de par leur expertise sur plusieurs sujets. Ils ont tous montré un vif intérêt quand à la proposition de Loïc Malivet de voir un Groupe cheval fort au Parlement Européen se constituer pour défendre les intérêts des professionnels de ce secteur.

Loïc Malivet a déclaré : « Je suis très satisfait de ces rencontres avec nos parlementaires à Bruxelles. Je n’entrevois plus de défense de notre métier d’éleveurs sans passer obligatoirement

par ces échanges avec Bruxelles et je me félicite du professionnalisme dont nous faisons preuve dans cette démarche. J’ai proposé à nos parlementaires de revitaliser le Groupe cheval au Parlement Européen et d’en faire un organe puissant de défense des intérêts de notre filière,

ce qu’ils ont tous accepté.»

Hubert Honoré a ajouté : « Nous sommes totalement dans notre rôle de Syndicat lorsque nous nous déplaçons à Bruxelles. Une écrasante partie de notre contexte réglementaire se joue là-bas et il faut savoir anticiper et se créer un réseau d’influence avant d’avoir des problèmes. »

Pour Tim Richardson, « l’approche globale des représentants des associations d’éleveurs anglaise, irlandaise, française et allemande, par le prisme de l'Eftba, reflète exactement ce que recherchent les députés européens et les responsables des commissions. Les députés sont en demande de recevoir – lorsqu’ils sont structurés, notamment au niveau européen – les représentants des professionnels afin de pouvoir connaître leurs spécificités lors d’échanges

directs. »

Enfin, Camille Vercken a conclu : « Ces rendez-vous entre les représentants des associations, les eurodéputés et les responsables de service sont essentiels car ils permettent d’établir la solidité de notre structure. En aval de ces prises de contacts indispensables, il y a tout le travail qui sera fait pour envoyer sur des sujets précis des notes techniques afin que le secteur soit proprement défendu. »

 

 

7bis. Endurance & Arqana (++) 

par JDG (Tout public)

 

ARQANA VA VENDRE DES CHEVAUX D’ENDURANCE

La prochaine édition de la vente de pur-sang arabes, organisée par Arqana, en partenariat avec l’AFAC, se tiendra jeudi 2 octobre prochain à Saint-Cloud, à la veille du weekend du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe et de la Qatar Arabian World Cup, course pour pur-sang arabes la mieux

dotée au monde.

Lors de la vente 2013, le pourcentage de vendus s’était établi à 74,5 %, témoignant de l’intérêt des acheteurs issus de douze nationalités différentes. Pour la première fois, cette vacation accueillera une section de chevaux d’endurance qui réunira une douzaine de lots sélectionnés au modèle et au pedigree par une équipe de spécialistes mandatés par Arqana.

Cette section s’adresse :

- aux 3-7ans issus de pères de vainqueurs 120 km et plus et de mères ayant eu des produits podium sur 120 km ou performers à ce niveau ;

- aux performers de 7ans gagnants ou podium sur 90 km ou plus ;

- aux performers de 8ans gagnants ou podium sur 120 km ou plus.

La date limite d’inscription pour la section "endurance" est fixée au vendredi 15 août.

 

 

 

 

8. Courses & Emotions (++)

par Youtube – Equidia  (Tout public)

 

Si vous souhaitez revoir les courses à vos moments disponibles, abonnez-vous sur Youtube aux comptes Equidia et Racing UK – International, c’est génial :

 

Le Papin à Maisons-Laffitte (1100 m) pour les anglais et Kool  Kompagny (2 ans) : http://youtu.be/Q6gIoW4B9cQ

 

 

1. En route pour l’Arc de Triomphe 2014

Un fils et une fille du phénomène Sea The Stars :

 

Le Derby allemand, Sea the Moon et Christophe Soumillon : http://youtu.be/Xs6NB_MgKb4

 

La probable favorite de l’Arc 2014 sera anglaise, Taghrooda : http://youtu.be/5AAWDwVg-kY

 

La Ferrari Kingman, ça décoiffe sur 1600 m, l'Arc, c'est 2400 m : http://youtu.be/ZS8kL4CUG1Y

 

 

 

2. Le meeting de Deauville à débuter 

 

- Un éclair de classe chez Jean-Claude Rouget, le 2 ans inédit, Roméo Lima : http://youtu.be/ixUHhMH3Lig

- Deuxième obus de JC Rouget, Light in Paris : http://youtu.be/mtItOQctCWU

 

- Malgré un terrain gras, Night of Light et  Velannda, deux autres « avions de chasse » inédits par Sea the Stars,: http://youtu.be/WkEpGI_3z78?list=UU3SoX3-qGjCpEZ6YMEBLNbA

 

- Le Prix de Rothschild (1600 m) pour Edouard de Rothschild et Esotérique : http://youtu.be/yBXAwaOJ7FQ

Son jeune jockey P.C. Goudot et déjà son 2nd Groupe 1 : http://youtu.be/87NTKwBw7Fw

 

 

 

 

 

 

 

 

9. Elections FFE 2016 (-/+)

par Adeline Cancre (Professionnels… Tout public)

 

De l’anarchie à  un encadrement pédagogique, du loisir au sport :

http://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Accueil/Elections_FFE_2016

 

L’indispensable Conseil des Sages expliqué par les 4 règles de la sociocratie : http://www.questions-de-management.com/sociocratie-les-nuls/

 

 

 

 

10. Recommandés par LRCC (++)

par Adeline Cancre (Tout public)

 

 

Stages recommandés LRCC (avec cheval et exceptionnellement sans)

Choisissez un référent de qualité et rencontrez-le régulièrement :

http ://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Intervenants/intervenants

 

 

Stages recommandés LRCC (sans cheval)

AC : Voici une sélection d’établissements équestres où j’ai observé l’enseignement :

http ://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Methodes/Centres_Equestres

 

Rappelez-vous toujours que de tenir à cheval est (très… trop) facile, mais que la pratique de

l’équitation est une démarche d’écoute, d’ajustements de position et de répétitions JUSTES

(comme dans toute démarche d’apprentissage) à organiser auprès de personnes compétentes. Ce sont les raisons pour lesquelles il est important de choisir un centre équestre ou/et ses enseignants, en considérant une somme de critères, qui vous feront progresser grâce aux préliminaires de contrôle d’une position neutre (la condition obligatoire pour découvrir la véritable indépendance des aides). Leurs explications et les exercices seront simples (ce qui permet de comprendre le cheminement), structurants et adaptés à votre niveau. Mais les répétitions pour l’ajustement de LA position sont déterminantes comme valeur pédagogique de progression et de satisfaction. Cela pourrait sembler une perte de temps, mais elle est INCONTOURNABLE…

 

 

Formations et formateurs BPJEPS recommandées LRCC

Le tuteur fait l’enseignant :

http ://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Accueil/formationBPJEP_recommandee

 

Formations « Cavaliers pros »  recommandées LRCC

www.larelationchevalcavalier.com/?C=Accueil/formation_cavalier

 

 

Chevaux et poneys à vendre

C’est l’Homme qui fait le Cheval donc, si vous cherchez un cheval ou un poney à acheter, il semble profitable de contacter directement les valorisateurs de chevaux et poneys recommandés par LRCC. Ces hommes et femmes sont sympas, pas forcement de véritables commerçants, mais des travailleurs qui savent de quoi ils parlent, c’est l’essentiel lorsque l’on souhaite investir : http ://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Methodes/Cavaliers_Jeunes_Chevaux

 

 

11. Les “TOP” FFE (++)

par FFE (Tout public)

 

- JUILLET 2014
A la suite des meetings de Lamotte-Beuvron qui ont eu lieu ce mois de juillet, un article a officialisé le changement des barèmes pour 2015. La FFE n’aurait pas pu faire un plus joli cadeau à ses licenciés pour fêter le 20ème anniversaire du Parc Equestre Fédéral de Lamotte-Beuvron. Certains professionnels, les plus expérimentés, l’attendaient depuis 19 ans ! Bravo à tous, vous avez ENFIN été entendus.

 

 

- JUIN 2014
 

- « Année 2014
L’enjeu de l’année en cours est la définition d’un nouveau contrat d’objectif, qui devra préciser les missions clés de l’ifce, en tant qu’institut technique, définir sa dimension territoriale et refonder un équilibre économique de l’établissement. Les premiers enjeux sont la structuration et le développement de la formation, l’innovation pédagogique, l’intégration de l’établissement dans la logique du grand INSEP et la prise en compte du parcours d’excellence sportive de la FFE. La recherche doit poursuivre son travail au profit du cavalier et de la relation homme/cheval et mettre en place une méthode pour favoriser une offre dans les domaines économique et social. Enfin, dans le cadre d’une ordonnance qui sera prise en application de la loi d’avenir agricole, le développement d’une nouvelle mission de contrôle sanitaire et de l’identification des animaux est en cours. ».

http://www.ifce.fr/parution-du-rapport-dactivite-2013-de-linstitut-francais-du-cheval-et-de-lequitation/

 

AC : L’ifce valide la philosophie de l’association La relation cheval cavalier, j’ai hâte de suivre les résultats.

 

 

 

12. Les « Peut mieux faire »  FFE (-/+)

par FFE (Tout public)

 

1. Les Guides Galop

En 2014, la FFE montre des signes positifs à ordonner le changement, mais rappelons-nous que le prochain président devra ordonner et contracter cette production onéreuse, si la décision n’avait pas encore été prise :

 

- Critique Guide GALOP 1 :
http://www.larelationchevalcavalier.com/File/FFE_GuideGalop1_critique.pdf

 

- Critique Guide GALOP 2 :

http://www.larelationchevalcavalier.com/File/FFE_GuideGalop2_critique

 

- Critique Guide GALOP 3 :

http://www.larelationchevalcavalier.com/File/G3_FFE_critique.pdf

http://www.larelationchevalcavalier.com/File/G3_FFE_technique.pdf

 

 

2. « Fédératives interrégionales publié le 04/03/2014 | 15h15

« Pour mieux informer les dirigeants de clubs en région sur l’actualité concernant l’équitation, la Fédération Française d’Equitation organise une série de réunions sous la forme de « Fédératives interrégionales ». 

Serge Lecomte, Président de la FFE, sera à votre disposition pour échanger sur tout ce qui concerne la vie fédérale et les différentes initiatives de la Fédération.

Sophie Dubourg, Directrice Technique Nationale, Frédéric Bouix, Délégué Général, et les équipes de la Fédération, aborderont les principaux sujets du sport et de la formation, de la TVA et des projets de développement.
De notre faculté à échanger dépend notre capacité à innover et à donner une image positive de nos activités.

La première réunion aura lieu le lundi 24 mars 2014 à Toulouse, avec le Comité Régional d’Equitation de Midi-Pyrénées. D’autres rendez vous sont déjà programmés le lundi 14 avril en Pays de la Loire (Angers) et le lundi 5 mai en Bourgogne (Pouilly en Auxois). »

 

 

20/05/14 : Il semblerait que les fédératives n’aient pas déplacé les foules, que les réponses aux questions pertinentes aient une nouvelle fois été évitées, que des propositions aient été encore réalisées (mais toujours en fuyant la présentation d’un cadre économiquement sain) et qu’une opération de séduction à Lamotte-Beuvron s’organise autour des constructions Lecomte.

 

 

 

13. Les « FLOP » FFE (--)

par FFE (Tout public)

 

 

Car la pression semble bouger les motivations fédérales, poursuivons :

 

- JUILLET 2014
Une politique des centres équestres au bord de l’implosion :
http://www.larelationchevalcavalier.com/File/FFE_evolution_Clubs.pdf
http://www.larelationchevalcavalier.com/File/STAT_CENTRES_EQUESTRES_FFE.pdf

 

- JUIN 2014

On m’a assuré que Pascal Marry a profité de l’arrivée des 7 Galops pour initier le changement du « campagnonnage » en regroupement au sein des formations d’enseignants c’est à dire en 1996.

Le BPJEPS, c’est seulement 2004 et le changement du contenu pédagogique des cours débutants : la demande d’autonomie du couple cheval/cavalier sans équilibre de ce dernier et le début du phrasé niais aux jeunes enfants !

Méthode qui, dans le meilleur des cas, multiplie par trois le temps à trouver la véritable autonomie. Question posée à une cousinade :

- « Pourquoi faut-il monter si longtemps dans un manège pour savoir monter à cheval ? » 
- « C’est mon combat d’enfant de la balle et certainement la raison principale de la dévalorisation totale de la filière cheval en 2014. » :

http://www.larelationchevalcavalier.com/File/FFE_zero_responsability_BPJEPS.pdf

 

- FEVRIER 2014
La REF : Lire pages 6 à 8 ; 15 ; 18 – 19 …

http://www.larelationchevalcavalier.com/File/LAREF+152+WEB.pdf


- SEPTEMBRE 2012
Critique Plan FFE de Formation du Cavalier 2012 :

http://www.larelationchevalcavalier.com/File/FFE_PlanFormationCavalier2012_critique.pdf

 

 

 

14. L’ « inconnu » FFE

par des personnes bien introduites dans le milieu équestre (Tout public)

 

Trois personnes m’ont déjà rapporté que Serge Lecomte ne se représenterait plus à la présidence de la FFE contre une : « Cela m’étonnerait ».
 

JUIN 2014

Echange par courriel au sujet de ma probable candidature aux élections FFE :
- « C'est un très beau challenge. Petite info discrète svp, l'actuel Président ne se représentera pas. ».
AC : C'est ce qu'il dit en effet, ce que je ne crois pas vraiment, et le remplaçant aurait les mêmes intérêts... A suivre !  
- «  Je peux vous assurer qu'il ne se représentera pas, je ne peux malheureusement pas en dire plus sans compromettre mes informateurs, ce que je ne ferais pas car ils me font confiance mais vous allez vite comprendre pourquoi il ne pourra pas se représenter. »
AC : Très bien, mais le successeur envisagé est un personnage du même style donc, en effet génial challenge ! Merci.

 

 

 

15. Les scandales FFE (----)

par Adeline Cancre (Tout public)

 

Déjà 20 mois d’échanges,

plus de 700 établissements et évènements équestres audités,

 la FFE remplit-elle bien ses objectif et missions comme définis dans son statut associatif ?

http://www.larelationchevalcavalier.com/File/FFE_Objet-Missions.pdf

 

S’il n’y avait pas eu manipulation multiple et perversité extrême, j’aurais placé ce sujet dans « Peut mieux faire », ce qui est également vrai !

 

 

16. Techniques d’élevage (++)

par www.techniquesdelevage.fr  (Eleveurs… Tout public)

 

« Hébergé par une entreprise familiale créée en 1995, Techniques d'élevage vous offre aujourd'hui plus de mille articles en accès libre sur cette page et des services payants personnalisés »…

Comparaison des vermifuges équins autorisés en France :         

http://www.techniquesdelevage.fr/article-comparaison-des-vermifuges-equins-autorises-en-france-111216759.html

 

 

 

17. Pères améliorateurs ! (++)

par  Adeline Cancre  (Eleveurs…)

 

 

Parfois sur la route, j’entends des paroles injustes et inexactes, brièvement vous argumentez, car seul les faits peuvent mettre à jour la vérité et à ce jeu, j’ai toujours véritablement beaucoup de la chance !

Donc, il y a deux mois, on me dit :
- «  Je me souviens encore Fernand Leredde venant argumenter le jury pour obtenir l’approbation du mâle Manillon Rouge (Papillon Rouge x Zortin), un cheval invisible sous la selle et sans aucune performance. »
AC : « C’est normal le cheval a été accidenté à 2 ans. Car il avait un tempérament exceptionnel, un jour, ils ont testé le cheval en liberté, anesthésié du boulet, pour vérifier véritablement ses qualités de sauteur. Que je sache il a très peu et très bien produit avant d’être échangé contre Erudit (car le sang de Papillon Rouge ne manquait pas chez les Rouges). C’est une grave erreur de ne pas l’avoir approuvé en France, car le sang de Papillon Rouge risque par contre de manquer un jour à la France. A cette époque, heureusement, les belges ont eu une autre expertise. Cependant, au jeu à placer les bâtons dans les roues aux éleveurs qui ont plus que participer à développer le stud-book français, ils fuient, mais seulement dans le pré voisin car un éleveur n’arrête jamais d’élever, c’est dans ces gênes. ».

 

MANILLON ROUGE
 

 

Je rentre en Normandie et vais rendre visite à Fernand Leredde (qui se porte bien) puis échange avec Xavier :
XL : « Quand j’ai décidé de garder deux ou trois mères du travail de Fernand, j’ai donné une fille d’Erudit pleine de Manillon Rouge à Pierre Couilloud en lui disant : « Erudit comme Turner a produit des chevaux un peu léger dans leur ligne de dos en première génération, mais tu verras en seconde génération, cette jument te fera plaisir. ».

 

Pour info, Zortin est un étalon KWPN dont la souche présente en seconde génération le croisement Juriste x PS, la même souche basse maternelle que Myrtille Paulois, fille elle-même de Rita la Rouge…

 

Petit souvenir de Manillon à St Lô présenté par Pierre Couilloud : https://www.youtube.com/watch?v=HNehvRE3qzQ


Déjà en 2012, Pierre était pleinement heureux du cadeau de Xavier d’ailleurs, il m’avait raconté son arrivée en me la présentant. Kevin Staut aurait aussi pu rencontrer un autre cheval que Kraque Boom, mais Kraque Boom l’a lancé et c’est aussi un petit fils de Turner…
 

Pierre Couilloud, dernier serviteur et fidèle de Fernand est un remarquable homme de cheval et éleveur, deux produits aux deux premières places : http://issuu.com/lecheval/docs/227 p 19

Berezina Garette, la fille d’Erudit par Manillon Rouge est née et en avril 2014 fût sacrée Championne Suprême des 3 ans au régional de St Lô, mais en plus a été très bien vendue.

 

Erudit et Manillon Rouge ont été refusé par le stud-book français SF. Fernand Leredde s’est battu pour sauver l’élevage français des mauvais courants de sang étrangers en voulant créer le stud-book CSAN (1996) qui aurait été un succès car le français est avant tout conservateur.
Personne n’a pu l’empêcher de faire ce qu’il voulait pour son propre intérêt et certains ont su en profiter pour son plus grand plaisir… S’il avait été écouté plutôt que jalousé l’élevage du « Cheval de Sport » serait autrement. Qu’il ne soit pas parfait, c’est sûr, mais construire ce qu’ils ont réussi à faire en partant de rien et avec les bâtons dans les roues que la France sait si bien organiser, chapeau !
D’ailleurs, alors que pour ainsi dire le Haras des Rouges a cessé d’élever des chevaux de sport depuis une dizaine d’année, Quartz Rouge continue la promotion de l’élevage à l’international. Les pur-sangs Leredde commencent à plus que montrer leur bout de nez à Auteuil… La vie de l’éleveur continue.

 

Sur le même registre, un autre jour, nous échangeons avec une copine sur l’hippodrome de Deauville. Elle me parle de la difficulté qu’elle a eu à trouver un bon centre équestre dans le Calvados pour ses enfants et me dit en fin de la conversation : « Mon mari apprécie les éleveurs de chevaux de selle car ils élèvent très bien leurs poulains. ».

 

Tout va pour le mieux dans le meilleur du monde pour la reconversion des éleveurs de chevaux de sport au pays des pur-sangs !

 

 

17 bis. Diamond Boy, P.S. améliorateur S.F. (++)

par  Xavier Leredde  (Eleveurs…)

 

Si l’élevage est une science inexacte, certains la maîtrisent mieux que d’autres…

A ceux qui pensent que les Rouges ont contribué à améliorer l’élevage français par leur attention à toujours apporter du sang, je partage la sélection Leredde 2014, l’apport du pur-sang en ligne direct, Diamond Boy (Mansonnien x Mill Reef) : « Il appartient à une vieille souche de Noël Pelat, très bon sauteur et famille de sauteurs, gagnant de Listed en plat et préserver de l’obstacle pour sa carrière d’étalon : 1 m 70, une superbe sortie d’encolure, une ligne de dos rare, va le voir. Il saillit les mères SF pour 800 euros et les PS pour 1300 TTC. » :

http://www.frbc.fr/wp-content/uploads/pdf/DIAMOND-BOY.pdf
 

Bien sûr, je suis allée voir Diamond Boy. En effet, superbe : un chat souple et alerte avec de la force et de la taille (1m70). Si vous venez aux JEM, et plus particulièrement à la vente aux enchères de Brullemail à Deauville, le Haras est à 5 minutes, c'est aussi l’opportunité de découvrir ce superbe pur-sang en chair et en os ?
 

Renseignements : Haras de la Croix Sonnet – Route d’Honfleur – 14800 Touques
Jean-Charles Haimlet : 02 31 88 00 60 – 06 07 22 52 76

 

 


Cette newsletter est une Tribune ouverte à tous, et sur tous les sujets, pour l’intérêt du Cheval et de ses passionnés. Pour transmettre aussi vos idées http://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Accueil/Contact

 

 

Si vous avez apprécié la lecture de cette newsletter,
pensez à la transmettre à vos amis. 
Si vous n’appréciez pas… le droit de réponse est  encouragé car la critique montre l’intérêt
et produit les solutions comme le consensus.
 


Cette newsletter est une Tribune ouverte à tous, et sur tous les sujets, pour l’intérêt du Cheval et de ses passionnés. Pour transmettre aussi vos idées http://www.larelationchevalcavalier.com/?C=Accueil/Contact



La relation cheval cavalier