logo : La relation cheval cavalier

PAYSAGE EQUESTRE EN PERIL

La relation cheval cavalier

Cette newsletter est une Tribune ouverte à tous, et sur tous les sujets,
pour l’intérêt du Cheval et de ses passionnés.

 

Génial (++) - Bien (+) - Pédagogie (-/+) - Bof (-) - Oups (- -)

 

2. "Le paysage équestre est-il en péril ?" (+/-)

2 bis. Le plaisir et la santé ! (---)

3. L'initiation au centre de la filière (+++)

3 bis. Les observations sur le programme (+++)

4. Stratégie de l'opérateur Orange (+++)

5. Courses & TVA

5 bis. Loi 1901... (+++)

6. Aides pédagogiques (-/+)

6a. Courses & Sports équestres (++)

7. Recommandés par « La relation cheval cavalier » (++)

8. Les “TOP” FFE (++)

9. Les « Peut mieux faire »  FFE (-/+)

10. Les « FLOP » FFE (--)

11. L’ « inconnu » FFE

12. Les scandales FFE (----)

 

 

2. « Le paysage équestre français est-il en péril ? »

par Cavadeos, Normandie TV et Adeline Cancre (Professionnels)

 

 « Le paysage équestre français est-il en péril ? » est une émission que vous pouvez voir
ou revoir en cliquant ICI  

 

J’ai apprécié l’émission. L’adage dit « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement », ce que confirme pour l’essentiel ce débat. Dans ce contexte, certains messages peuvent néanmoins créer des amalgames, le vrai et le faux se mélangent.

 

Ajuster son personnel à sa clientèle
Lorsque Graziella Boucan explique avoir ajusté son personnel à sa clientèle qui régresse inexorablement, elle agit par bon sens en supprimant le poste d’un apprenti BPJEPS, ces enseignants-animateurs largement décriés. De toute manière, un établissement de 100 licenciés n’a pas le droit d’être tuteur. Et les moyennes structures visitées lors de mon 3ème tour de France achevé en janvier 2015 ont fait en majorité le même choix (leur objectif restant celui du centre équestre faire découvrir et apprécier l’équitation en transmettant les bases par la diversification raisonnée de disciplines). En s’attendant, de surcroît, à un raz de marée de nouvelles résiliations à la rentrée 2015.

 

Le contexte est différent pour les écuries de valorisation de jeunes chevaux comme celle du jeune Valentin Véry. Si vous avez 22 chevaux, en effet, il devient impossible de les valoriser  à deux, et encore moins, en saison de concours. Ajouter à ce problème de personnel, le médiocre et complexe Plan FFE de Formation du Cavalier, et voilà les origines de la dévalorisation de la filière du jeune cheval de Sport en France : on élève et après on fait comment ?

 

« Aller chercher d’autres publics »
Le conseil « aller chercher d’autres publics » est peu approprié car beaucoup de structures le font déjà depuis 2008 afin de lutter contre une concurrence effroyable. En 2005, la baisse de la TVA a créé une bulle d’avantages au développement et favorisé aussi la multiplication des établissements. Entre 2008 et 2014, la densité des groupements équestres a, par exemple, augmenté de 15 % dans les Hauts de seine ; de 27 % dans le Calvados ou encore de 43 % dans le Var ! La situation est donc devenue terriblement complexe comme le traduisent ces chiffres sur la moyenne du nombre de licenciés par club et par régions : Ile de France : 129,7 (2013) < 155 (2009) ; Normandie : 70 (2013) < 80,6 (2009) ; PACA : 64,1 (2013) < 75,4 (2009).
 

La formation BPJEPS et les capacités développées !
Emmanuel Feltesse fait un joli tour de passe-passe entre le vrai et  le faux, les savoirs techniques d’enseignement et de gestion, le passé et le présent. C’est extrêmement hypocrite et manipulateur d’avancer l’exemple du « plombier expert dans sa soudure » pour relativiser la dévalorisation totale des formations équestres. Malheureusement dans la réalité, on en est loin de « l’artisan » expert à la transmission des bases équestres au cavalier et au cheval ! Pourtant de nombreux clubs apprécieraient de capitaliser sur des collaborateurs professionnels, mais dans l’incapacité où ils sont de les trouver, ils font le choix opposé et peuvent écarter jusqu’à plus de 100 licenciés ! Et contrairement à ce que soutient Emmanuel Feltesse, ils se disent gagnants sur les deux tableaux, en qualité de vie et en marge économique. Bien sûr, ce n’est pas bon pour les organismes de formation tels que Jardy et pour le nombre de licenciés de la FFE.

 

Comparer les centres équestres à des conservatoires de musique 
La comparaison de l’offre est digne de celle du plombier. Mais soyons sérieux, quelle supercherie ! Si c’était le cas, l’émission n’aurait pas lieu et la filière serait riche !
 

La baisse de la TVA et l’emprise de la formation BPJEPS ! 

La baisse de la TVA a rendue possible l’emprise de la formation BPJEPS dans le développement des structures. Ces conditions favorables ont détourné l’attention des professionnels à considérer la baisse des licenciés des moins de 10 ans dès 2011. Les « moins de 10 ans », les cours confiés en large majorité aux élèves BPJEPS !
Fuir la réalité des médiocres formations professionnelles et du Plan de Formation du Cavalier, incohérent et complexe, n’ont simplement fait que repousser l’échéance où se cumulent aujourd’hui les mauvaises nouvelles que la France est capable de générer. Mais la réalité des formations est toujours niée par Emmanuel Feltesse en mars 2015 !

 

L’abandon de cheptels équins
C’est navrant et l’équivalent de l’abandon de son chien sur la route. Ces personnes ont probablement cru qu’il serait facile de faire de l’argent avec les chevaux ! Mais qui répète à qui veut l’entendre que l’équitation, c’est l’autonomie, le plaisir et la santé ? Encore la REF de février 2015 (cf. ci-dessous) ! Cela confirme simplement que les choix faciles sont également faciles à abandonner. « Je positive » d'hier est remplacé aujourd'hui par  « J’optimise », je choisis !

 

Le cumul de casquettes pose les limites à entendre les besoins du territoire 

Les connaissances d’Emmanuel Feltesse sur les établissements équestres sont restrictives, car mon expérience en immersion terrain de ces 27 derniers mois a noté de grandes différences, prenons comme exemple le concept « Equitation pour tous » :
 

Le concept profite à une minorité de clubs c’est à dire aux centres équestres en situation très récente de devoir « aller chercher d’autres publics », les structures citadines bien situées.

Il est décrié par les bonnes structures qui l’utilisaient depuis longtemps comme produit de valorisation pour développer leur clientèle adulte.

Il est inadapté pour 80 % des structures et enseignants non expérimentés à l’initiation sur quelques leçons, la pédagogie de l’adulte. D’ailleurs, en témoigne aussi le compte-rendu des tables rondes des Fédératives de Bordeaux :


 

Pour les groupes handicaps et scolaires, c’est fonction des budgets des IME et du positionnement des conseils généraux. En fait, les frais de transport conséquents, plus chers que les cours d’équitation, sont des conditions qui supportent rarement la comparaison aux budgets ou aux autres sports.

 

Le paysage équestre français en péril

Un acteur fort des courses m’a assuré que la baisse de la TVA avait été négociée par Jean-Luc Lagardère pour effacer en partie la discrimination des défiscalisations irlandaises. Dix années de gains sur la TVA ont profité aux éleveurs et aux ventes aux enchères, et ont permis de replacer le marché français PS et  AQPS au top du niveau international. C’est toute la différence avec la politique du stud-book SF qui a dévalorisé l’élevage du Cheval de Sport et celle de la FFE qui pour sa part à dévalorisé la formation des cavaliers et ainsi au fil des années, les enseignants.
Pour les courses, l’émission a évincé le volet PMU plus inquiétant encore. La conséquence à envisager est la confiscation des fonds éperon, notamment dans le positionnement actuel de Serge Lecomte !

 

D’après mon expérience qui est de labelliser la qualité des enseignements, 10 à 20 %  des centres équestres français proposent le bon niveau d’enseignement des Ecuries du Derby et de L’étalon noir (structures où on était tourné les reportages). Imaginons-nous la détresse des autres, les victimes de la baisse de la formation moniteur qui encouragent le déséquilibre du cavalier, empêchant la propulsion du cheval et la relation cheval cavalier ! Cette vulgarisation de l’enseignement place les cavaliers en difficulté, ce qui en conduit beaucoup à l’abandon de l’équitation, donc à terme à l’échec de la structure. Comparons avec le ski : quelles seraient les conséquences économiques d’une pédagogie qui pousse au déséquilibre ?
 

Niveler les formations par le bas a aussi progressivement évincé les profils recherchés : « Fais tes études et garde ce sport comme passion. ». On pourrait en douter à entendre parler Emmanuel Feltesse face à la « prise de conscience » des candidats BPJEPS ! Paroles en total désaccord avec ce que j’ai pu entendre.
 

Valentin Véry : « Oui, j’y crois » 
Avec un mi-salaire, sans vivre de son métier, sans famille, il y croit encore ! C’est affolant.


Philippe Collet : Félicitations à lui comme aux journalistes d’avoir essayé de montrer la réalité de l’extrême difficulté dans laquelle la filière est placée. Il devient également inquiétant que la mission d’un expert-comptable soit d’apprendre à gérer une cavalerie !

 

Emmanuel Feltesse : « Je suis optimiste par nature »
Cela me semble une conclusion un peu légère de la part d’un homme aux multiples casquettes dont les missions sont de solidifier et de développer un socle à la filière cheval française. J’ai trouvé plus crédible la position de Philippe Collet soutenant qu’un entrepreneur doit démontrer un ensemble de capacités techniques.

 

 

2 bis. Le plaisir et la santé ! (---) 

par Adeline Cancre  (Centres équestres… Tout public)

 

Donc, il fut un temps du « Je positive » pour le plaisir et la santé remplacé aujourd'hui par « J’optimise ». « J’optimise » selon les différentes offres sportives. Continuer à prêcher ce qui créé les abandons en série, c'est être aveugle et sourd au demande de la filière !

Petit rappel sur « Le Plaisir et la santé » vu par la FFE :

REF n° 164 Page 7

 

Les conseilleurs ne sont pas les payeurs : 10 à 100 cavaliers perdus, c’est la marge d'un centre équestre qui disparaît. Il est tant d'aider à reviser les cours "Initiation" qui cultivent le déséquilibre sous toutes ses formes...

 

 

3. L’initiation au centre de la filière cheval

par Adeline Cancre (Tout public)

 

Il existe une évidence qui donc mérite d’être précisée car elle positionnerait enfin la filière cheval  comme une exception française. C’est le challenge porté par mon programme, « Du pratiquant au passionné », professionnaliser l’initiation pour qu’elle devienne une fierté nationale et enfin le centre de la filière cheval :


 

En effet, quoiqu’il puisse y paraître et les ajustements à faire, c’est facilement que 80 à 90 % des centres équestres et poney-clubs pourraient devenir des professionnels de l’initiation jusqu’au galop 2, ce qui éviterait le blocage au galop 3 ou 4. Conséquence, fiers du savoir faire français, le réseau des centres équestres pourraient être promu sur 250 hippodromes, offices de tourisme, cabinets vétérinaires (et médicaux pour les pros de la petite enfance),  PMU,  écuries de propriétaires, éleveurs… Le plaisir et la santé passeraient du papier à la réalité !

 

L’équitation pourrait ainsi supporter la concurrence des autres sports. C’est la FFE qui doit « se remettre en cause », car il est peu probable que la Jeunesse et les Sports ait fournit le contenu des UC 5 et 6 !

 

Personnellement, mon approche en concertation du terrain m'a permis progressivement de présenter un programme : 

- Les 14 EPISODES MENSUELS pour poser mes idées

- Le PROGRAMME LONG qui argumente

- La VERSION COURTE qui va permettre d’aborder les échanges entre professionnels
 

DERNIERE MINUTE

Une contrariété et un accueil chaleureux dans le Calvados vont m'orienter vers un objectif département puis régional, plus en accord avec ma vie privée, et par effet "boule de neige" aussi efficace au niveau national : explications le mois prochain.

 

 

3 bis. Les observations sur le programme

par Adeline Cancre (Tout public)

 

1000 mercis aux directions qui ont trouvé le temps de lire « mon » programme long, plus de 200 réponses « favorable » ou « plutôt favorable ». Si les réponses resteront mon secret, voici les observations annotées :

 

« Très bien qu’une personne se bouge les fesses pour démarquer toutes ces écuries et centres équestres qui poussent comme des champignons et qui enseignent de la merde aux cavaliers et qui les laissent évoluer dans de très mauvaises positions et qui s intéressent qu’à mettre des chevaux en place... trop de n’importe quoi dans trop de centres équestres !!!!! »

 

« J'aimerai avoir plus d'explications sur certaines choses avant de me décider. Les réunions d'échange par départements me semblent adaptées. »

 

« Beaucoup de choses dans ce programme qui pourraient faire évoluer notre sport de façon significative pour tout le monde : enseignants, formateurs et cavaliers. »

 

« Je peux organiser une réunion au sein du club. »

 

« Nous voulons avoir beaucoup plus de retour de la FFE »

 

« Je suis très favorable à tout ce programme. »

 

« J'attends d'un président qu'il soit démocratique. Actuellement, bien que ses idées soient souvent recevables, notre président, ne nous laisse pas le choix. De plus, je me pose la question tous les jours: A quoi sert notre fédération, en dehors des concours? »

 

« Programme intéressant, qui nécessite des ajustements. Et surtout : il faut mieux cadrer le discours, à ce jour trop orienté péda. (c'est nécessaire je sais, mais peut ne pas être entendu par tout le monde), alors que votre programme est bien plus large. Si les idées sont bonnes, votre discours doit être beaucoup plus structuré afin de capter l'attention de vos auditeurs, et renforcer votre crédibilité. Mais ça n'est que mon avis et mon conseil. »

 

« Pour la démocratie il est bien d'avoir le choix entre plusieurs candidats, bon courage pour cette démarche et ce qu'elle implique. »

 

« Entièrement favorable !!!!!!!! Bon courage à vous et bonne route !! »

 

« Il serait grand temps que la fédé s'occupe de ses clubs au lieu de les ignorer.
Par exemple : aider ceux qui veulent s'agrandir. Faire en sorte que jeunesse et sport soit à nos côtés et non pas juste là pour nous fliquer. Redéfinir la compétition amateur qui va tirer les cavaliers vers le haut. Remettre sur les concours inter clubs sous l'égide des CRE qui ne servent plus à rien. La liste est longue malheureusement. »

 

« Après lecture rapide du programme, assez idéal, certains points me semblent très complexes à mettre en oeuvre sur le terrain et dans toute la France. Une inquiétude par rapport à la loi européenne de 2016 où l'enseignement se ferait sans diplôme. »

« MERCI !! »

 

« Pas d'observations spéciales, sinon un petit discours non polémique
en septembre. »

 

« AMELIORATION DE L'EQUITATION DANS LE BON SENS
REVENIR AU RESPECT DU CHEVAL ETRE BEAUCOUP PLUS A L'ECOUTE DE CELUI-CI POUR NE PAS NUIRE A SON BON FONCTIONNEMENT PRENDRE LE TEMPS POUR OBTENIR DES BONNES BASES DE DRESSAGE
IL EST IMPOSSIBLE D'APPRENDRE A LIRE SANS CONNAITRE L'ALPHABET. »

 

« Même si mon emploi du temps du temps ne me permet pas toujours d'assister aux réunions, je suis plutôt favorable et ouverte à toute discussion ! »

 

« Je m’inscris totalement dans la démarche de Madame Cancre. »

 

« Contre l'enseignement sans diplôme. Ok pour la revalorisation des concours et de l ' enseignement (et donc le respect du cheval ). Au niveau des formations au monitorat :
technique et sens du cheval , soins des équidés ... »

 

« Je pense que le programme a besoin d'être complété et amélioré. Notamment sur la question des "sages", je pense que l'on ne trouvera jamais parmi les bénévoles potentiels, des sages faisant l'unanimité chez les professionnels. »

 

« Merci de votre petit message. »

 

« Favorable critique à suivre. »

 

« Avec l envie d’être entouré de gens qui sachent faire et qui nous donnent l’envie de partager notre passion et l’engouement de la pratique équestre à toute la France nous sommes 2 millions de pratiquants pour 66 millions de français nous attendons beaucoup de la fef pour valoriser et promouvoir la filière et nous rendre HEUREUX de nos choix cordialement!!! »

 

« De très bonne idée en corrélation avec le terrain, un travail dans la direction et au service des club et de ses dirigeants. »

 

« De ce que j'ai pu lire de vos programmes et suggestions, je le pratique moi-même dans mon établissement. Comme je vous le disais, lors de votre visite, je ne sais pas ce qui se pratique ailleurs. Je n'ai pas l'impression d'être obligé par une politique fédérale.
Toutefois, si vos actions permettent d'aider des clubs en difficulté ou indigence pédagogique, je pense que vos propositions et actions sont souhaitables. Démocratiquement, il est sain qu'il y ait débat et opposition de toute façon. »

 

« Je n'ai pas eu le temps de consulter tout votre programme, le vote vous semblant être urgent et vu les discussions que nous avons eues et les lectures antérieures de vos lettres. Votre candidature me semble tout a fait tout a fait opportune et je vous y encourage si vous en avez le désir et surtout le courage.... Je reviendrais vers vous après la lecture du programme. »

 

« Dommage que lors de votre visite nous n'ayons pas pu échanger de manière plus précise. »

 

« Je n'ai pas eu le temps de tout lire votre programme ! »

 

« D’accord sur beaucoup de point à discuter sur d’autres plutôt positifs »

 

« Tout un programme facile à comprendre, toutes les notions évoquées ne font pas mon unanimité mais l'ensemble est plaisant. »

 

« Intéressant. La présentation des différents aspects est complète quelques points seraient à revoir à discuter. Il faudrait plusieurs jours pour assimiler les propositions !!!! Merci pour ce bon travail. »

 

« Allez Adeline, courage .... »

 

« Nous attendons de notre fédération, un soutien de fonctionnement sur le terrain plus qu'une attitude de "politicienne". »

 

" Un bémol pour le réseau des sages, une seule personne ne peut être maître d'œuvre , ni critique. je ne suis pas en accord avec ce système mais je n'ai pas pour l'instant une véritable idée de fonctionnement."

 

" Tu sais on n'a pas toujours le temps sur le terrain !!! J’essaye tout de même de suivre tes travaux.Tu m’as demandé de critiquer « alors je le fais » je pense que tu restes essentiellement  axé sur la pratique, l’instruction, le concours ATTENTION, sur le terrain nous (dirigeants Votants !!!) sommes en attente de d’autres propositions aussi ; lesquelles ? il faut les déterminer dans un ordre de priorité et de faisabilité. Je pense  peut-être à des sujets comme l’emploi, la revalorisation du statut des enseignants ou moniteur ou ??, les élèves moniteurs,  les centrales d’achat !!!!! On en parle depuis 20 ans !!!, le bio gaz avec notre fumier, une vrai richesse mais nous on paye aujourd’hui pour qu’une Ets nous le retire c’est le comble !!! La mise en place de Pôle régionaux (stages sportifs, interventions d’entraîneurs , des sages, le passage des examens (crédibiliser les diplômes)  les litières ; la qualité des pailles, les services de secours sur les concours (coût exorbitant 1200 euros/jour) la gestion des officiels pour nos concours (défraiements, indemnités) prorata sur les engagements ffe ???Le devenir du parc fédéral, comment pourquoi ???

Tout le monde en parle sur le terrain depuis des années et rien n’avance, personne prend ces travaux en main !!! Politiquement rien n’est fait !!! on est vraiment mauvais ou alors très mal conseillé !!! Je pense Adeline que les dirigeants seront sensibles aux suivis de ces dossiers et aux propositions CONCRETES et sur pleins de choses encore. Dommage je dois aller travailler. Bonne journée. "

 

 

 

4. Stratégie de l’opérateur Orange : bien sûr (++) 

par Adeline Cancre  (Centres équestres… Tout public)

 

Donc, voici l’encouragement fédéral :

REF n° 164 Page 7

 

Face au défi de se différencier des autres opérateurs, Orange plébiscite la stratégie de la performance, de la qualité et de la rapidité de ses réseaux fixe et mobile.
C’est exactement la stratégie que je souhaite développer de l’initiation au Galop 2 c’est à dire professionnaliser les enseignants sur l’offre collective ET/OU particulière comme tous les sports individuels le présentent. En effet, faut-il écarter de notre sport toute la clientèle qui ne rejoindra JAMAIS un cours collectif ? L’échec d’aujourd’hui est d’avoir développé le poney sur le dos du cheval, la compétition club sur le dos de la compétition amateur, le cours collectif sur l’effacement de deux 1/2 h en longe, d’avoir développé de la quantité en dévalorisant les enseignants (dont le niveau d'ensemble BEES 1 était déjà insuffisant), les cours… et les entreprises !

 

 

 

5. Courses et TVA (++) 

par Hubert Honoré  (Centres équestres… Tout public)

 

Comme je n’ai pas d’écho côté sports équestres, voici le rapport des commissions du Syndicat des éleveurs communiqué dans JDG :
 

« LE RAPPORT DES COMMISSIONS

Primes, sanitaire, technique, étalons etc. : chaque responsable de Commission est monté à la tribune pour présenter le travail effectué au cours des quatre dernières années. Patrice Renaudin (ex-directeur et désormais consultant du syndicat) a souhaité évoquer deux sujets, l’un fiscal, l’autre juridique. Le premier touche la T.V.A. En novembre dernier, le cheval a été reconnu comme un bien agricole, grâce aux actions du Copa-Cogeca, le syndicat agricole européen.

« Nous allons essayer de rebondir là-dessus », a-t-il expliqué. Le but est de jouer sur la dimension agricole pour obtenir à nouveau une T.V.A. réduite.

L’autre combat à mener, auprès du gouvernement français celui-là, est de prolonger la période d’élevage jusqu’à la mise à l’entraînement du poulain, ce qui permettrait une application du taux réduit jusqu’aux yearlings.

 

Le second concerne le statut du cheval, récemment reconnu comme un être sensible au pénal et au civil. « Il faut faire très attention à ces mouvements en faveur du droit des animaux,

mais nous devons aussi mener une réflexion sur le bien-être des chevaux, et être le plus transparent possible. Pourquoi ne pas créer une journée de l’élevage et des courses pour sensibiliser le public et leur montrer que nous traitons au mieux nos animaux ? »

Hubert Honoré, vice-président du syndicat, responsable de ses relations internationales et de la commission élevage, a insisté sur le travail de fond du syndicat auprès de Bruxelles. Il a rappelé que la France avait pris la tête de l’Eftba. L’association européenne est en train de choisir un nouveau cabinet de lobbying pour mieux faire entendre sa voix. »

 

 

5 bis. Loi 1901… (++) 

par Association des  Entraîneurs Propriétaires via JDG (Administrations… Tout public)

 

COMMUNIQUE DE PRESSE DE L’ASSOCIATION DES ENTRAINEURS PROPRIÉTAIRES (Course & Galop)

« Le 29 mars 2015, l’Association des entraîneurs propriétaires a pris connaissance de la décision conjuguée des ministres du Budget et de l’Agriculture de demander à France Galop d’équilibrer ses budgets pour les années 2016-2017. L’Association des entraîneurs propriétaires tient à rappeler qu’elle a alerté la direction de France Galop sur les risques budgétaires qui se profilaient à l’horizon depuis plusieurs années. Nous avons fait de nombreuses propositions afin de soutenir le chiffre d’affaire du PMU et afin de réduire de façon réelle les frais de fonctionnement de l’Institution dans son ensemble ; nous n’avons pas été entendus.

Rappelons quelques chiffres importants entre 2009 et 2014 :

Enjeux Galop 4.525.256 K€ 4.620.602 K€ + 2,1 %

Contribution nette PMU & autres opérateurs

333.986 K€ 382.244 K€ + 14,4 %
Coût global des institutions du galop

143.010 K€ 178.546 K€ + 24,8 %
Masse salariale Fr. Galop

35.144 K€ 43.265 K€ + 25,9 %
Allocations : 237.447 K€ 269.066 K€ + 13,3 %

On voit bien que l’augmentation de la contribution nette du Pari Mutuel a été absorbée pour 78 % par les frais de fonctionnement qui n’ont pas été maîtrisés. L’augmentation des allocations n’a pas dépassé la contribution versée par le PMU. Au vu de ces éléments, il est manifeste que les différentes directions de France Galop n’ont pas assuré leur rôle de gestionnaire comme c’est la règle dans une association loi 1901. Nous avons alerté la direction de France Galop sur les dangers des différentes politiques menées : programme, communication et marketing, projet Longchamp, masse salariale, etc.

Il est bien évident que dans ce contexte, le projet du "Nouveau Longchamp" doit faire l’objet d’une remise en cause dans une totale transparence. Nous n’accepterons pas que la mise en oeuvre d’un tel projet risque de mettre en péril les équilibres financiers de l’Institution. Nous réclamons donc une réunion d’urgence avec le président de France Galop en présence du contrôleur d’État afin de mettre en place un véritable plan d’économie sur les cinq ans à venir.

Les professionnels n’accepteront pas d’être encore une fois mis en difficulté par une baisse des allocations, alors qu’aucun effort de gestion interne n’a été effectué. Les professionnels n’accepteront pas non plus de voir la représentativité de certains d’entre eux réduite par une modification du code électoral. »

 

AC : Les associations qui vivent voire s’enrichissent sur le dos des professionnels et divisent pour mieux régner, ça me rappelle des faits !

 

 

6. Aides pédagogiques (-/+) 

par Adeline Cancre (Tout public)

 

Créer l’association fût aussi l’occasion de rédiger de nombreux écrits :

 

L’origine de l’association, la modélisation de l’équitation en 18 apprentissages : « Pour le cavalier en recherche de perfectionnement dans l’intention de situer l’origine des problématiques ».

 

Une AIDE PEDAGOGIQUE gratuite

 

Le contrôle des fondamentaux « classiques » chez le débutant :

- 2 à 3 cours particuliers (1/2 h)

- 6 cours collectifs (1 h) – Téléchargement gratuit

 

 

 

6a. Courses & Sports équestres (++) 

par Adeline Cancre (Tout public)

 

Lorsque les Courses se mêlent aux Sports Equestres, c’est génial. La Coupe du Monde de Bordeaux et Equidia, nous ont permis de voir de belles images. Le rapprochement réalisé  à l’occasion du CSI de Chantilly porte ses fruits. En effet, il n’y a rien qui ressemble plus à un homme de cheval qu’un autre homme de cheval.

 

De la même manière que les chevaux de haut niveau se reconvertissent pour la joie des leurs propriétaires (et beaucoup reste encore à faire en ce sens en France), un des meilleurs jockeys de plat, Dominique BŒUF, se prend au jeu du CSO. Les bases sont contrôlées depuis des lustres, la position est parfaitement ajustée, le train dans la peau… le coach excellent.

 

Observez la progression en un mois, cliquez ICI
Les rênes ont été vite ajustées...

 

 

 

 

7. Recommandés par « La relation cheval cavalier » (++)

par Adeline Cancre (Tout public)

 

Stages recommandés « avec cheval et exceptionnellement sans »

EQUESTRIAN COLLEGE, choisissez un référent de qualité et rencontrez-le régulièrement.

 

Stages recommandés « sans cheval »

Voici notre sélection de CENTRES EQUESTRES.

 

Rappelez-vous toujours que de tenir à cheval est (très… trop) facile, mais que la pratique de l’équitation est une démarche d’écoute, d’ajustements de position et de répétitions JUSTES (comme dans toute démarche d’apprentissage) à organiser auprès de personnes compétentes. Ce sont les raisons pour lesquelles il est important de choisir un centre équestre ou/et ses enseignants, en considérant une somme de critères, qui vous feront progresser grâce aux préliminaires de contrôle d’une position neutre (la condition obligatoire pour découvrir la véritable indépendance des aides). Leurs explications et les exercices seront simples (ce qui permet de comprendre le cheminement), structurants et adaptés à votre niveau. Mais les répétitions pour l’ajustement de LA position sont déterminantes comme valeur pédagogique de progression et de satisfaction. Cela pourrait sembler une perte de temps, mais elle est INCONTOURNABLE…

 

Formations et formateurs BPJEPS recommandées

La qualité du tuteur fait la qualité du futur enseignant.

 

Formations « Cavaliers pros »  recommandées

Observez les cavaliers du cru précédent, le moule est bon ou mauvais ! Si le groupe présentent des comportements non homogènes, poursuivez votre route.

 

Chevaux et poneys à vendre

C’est l’Homme qui fait le Cheval donc, si vous cherchez un cheval ou un poney à acheter, il semble profitable de contacter directement les valorisateurs de chevaux et poneys. Ces hommes et femmes sont sympas, pas forcement de véritables commerçants, mais des travailleurs qui savent de quoi ils parlent, c’est l’essentiel lorsque l’on souhaite investir.

 

 

8. Les “TOP” FFE (++)

par FFE (Tout public)

 

- DECEMBRE 2014

Il est vrai qu'en 2012, la FFE était fortement décriée à ce sujet, elle a su réagir

xxxx

 

Des études intéressantes:


xxxx

 

- OCTOBRE 2014
Le « Temps optimum » est validé, merci mon Dieu ! Est-ce que les directives seront obligatoires ? C’est préférable si le barème est retenu aux championnats de Lamotte-Beuvron…

 

- JUILLET 2014
A la suite des meetings de Lamotte-Beuvron qui ont eu lieu ce mois de juillet, un article a officialisé le changement des barèmes pour 2015. La FFE n’aurait pas pu faire un plus joli cadeau à ses licenciés pour fêter le 20ème anniversaire du Parc Equestre Fédéral de Lamotte-Beuvron. Certains professionnels, les plus expérimentés, l’attendaient depuis 19 ans et la majorité a eu gain de cause. Bravo à tous, vous avez été entendus.

 

- JUIN 2014
 

- « Année 2014
L’enjeu de l’année en cours est la définition d’un nouveau contrat d’objectif, qui devra préciser les missions clés de l’ifce, en tant qu’institut technique, définir sa dimension territoriale et refonder un équilibre économique de l’établissement. Les premiers enjeux sont la structuration et le développement de la formation, l’innovation pédagogique, l’intégration de l’établissement dans la logique du grand INSEP et la prise en compte du parcours d’excellence sportive de la FFE. La recherche doit poursuivre son travail au profit du cavalier et de la relation homme/cheval et mettre en place une méthode pour favoriser une offre dans les domaines économique et social. Enfin, dans le cadre d’une ordonnance qui sera prise en application de la loi d’avenir agricole, le développement d’une nouvelle mission de contrôle sanitaire et de l’identification des animaux est en cours. ».

http://www.ifce.fr/parution-du-rapport-dactivite-2013-de-linstitut-francais-du-cheval-et-de-lequitation/

 

AC : L’ifce valide la philosophie de l’association La relation cheval cavalier, j’ai hâte de suivre les résultats.

 

 

 

9. Les « Peut mieux faire »  FFE (-/+)

par FFE (Tout public)

 

- FEDERATIVES de BORDEAUX

Cliquer ICI pour lire le compte rendu des Tables rondes. Que de temps perdu depuis mon compte-rendu des 6ers mois de mon 1er tour de France. Article présenté et refusé en juin 2012 par le Magazine Grand-Prix. Période où il revendiquait pourtant les déviances fédérales, cliquez ICI

 

 

- DES PHOTOS MAL CHOISIES 

Position de jambe au pas qui fait « essuie-glaces » au trot et au galop !

 

- Prendre sur l’impulsion avec le regard au sol…

 

- Galop 4 & Permis cheval

Présidente de la FFE, ce schéma de « Rantanplan aux chaussettes blanches »  passe au Galop 2. D’ailleurs, plutôt sous cette forme, cliquez ici
Chaque jour, on me remercie pour cette aide pédagogique. Elle démontre la simplicité d’installer le couloir des rênes dès le G1 et je n’aurai de cesse de poursuivre cette démonstration lors des réunions départementales à partir de la rentrée 2015. Cette « modernité » de l’enseignement par « accord du corps en équilibre » fera le succès des Galops, car la méthodologie fédérale du G1 au G4 ne fonctionne pas. Je peux l’affirmer par déjà plus de 750 clubs visités. D’ailleurs, la reconduction et fidélisation des essais par le produit FFE « équitation pour tous » ne marche pas. Le produit aurait pu être une bonne idée, sauf que ceux qui ont une bonne méthodologie du débutant n’en ont pas besoin et les autres ne démontrent pas les capacités « à satisfaire »…

Le Permis Cheval est une excellente idée. Présidente, le Galop 2 décernera le Permis Poney obtenu par l’aval d’une expertise extérieure grâce au contrôle de l’ « accord du corps en équilibre ». Ces modifications des plus simples sont indispensables pour placer l’équitation dans les rangs avec les autres sports, il faut juste aider les clubs à découvrir leur intérêts pédagogiques et économiques…

 

- Les Guides Galop

En 2014, la FFE montre des signes positifs à ordonner le changement, mais rappelons-nous que le prochain président devra ordonner et contracter cette production onéreuse, si la décision n’avait pas encore été prise :

 

- Critique Guide GALOP 1 : cliquez ici

- Critique Guide GALOP 2, cliquez ici

- Critique Guide GALOP 3, cliquez ici

Partie technique, cliquez ici

 

 

 

- « Fédératives interrégionales publié le 04/03/2014 | 15h15

« Pour mieux informer les dirigeants de clubs en région sur l’actualité concernant l’équitation, la Fédération Française d’Equitation organise une série de réunions sous la forme de « Fédératives interrégionales ». 

Serge Lecomte, Président de la FFE, sera à votre disposition pour échanger sur tout ce qui concerne la vie fédérale et les différentes initiatives de la Fédération.

Sophie Dubourg, Directrice Technique Nationale, Frédéric Bouix, Délégué Général, et les équipes de la Fédération, aborderont les principaux sujets du sport et de la formation, de la TVA et des projets de développement.
De notre faculté à échanger dépend notre capacité à innover et à donner une image positive de nos activités.

La première réunion aura lieu le lundi 24 mars 2014 à Toulouse, avec le Comité Régional d’Equitation de Midi-Pyrénées. D’autres rendez vous sont déjà programmés le lundi 14 avril en Pays de la Loire (Angers) et le lundi 5 mai en Bourgogne (Pouilly en Auxois). »

 

 

20/05/14 : Il semblerait que les fédératives n’aient pas déplacé les foules, que les réponses aux questions pertinentes aient une nouvelle fois été évitées, que des propositions aient été encore réalisées (mais toujours en fuyant la présentation d’un cadre économiquement sain) et qu’une opération de séduction à Lamotte-Beuvron s’organise autour des constructions Lecomte.

 

 

 

10. Les « FLOP » FFE (--)

par FFE (Tout public)


DECEMBRE 2014

Statistiques sur l'enseignement équestre en France dans une des meilleures régions de France, cliquez ICI

 

- JUILLET 2014
Une politique des centres équestres au bord de l’implosion :

Evolution des licences, cliquez ici
Evolution des clubs/régions, cliquez ici
 

 

- JUIN 2014

On m’a assuré que Pascal Marry a profité de l’arrivée des 7 Galops pour initier le changement du « compagnonnage » en regroupement au sein des formations d’enseignants c’est à dire en 1996.

Le BPJEPS, c’est seulement 2004 et le changement du contenu pédagogique des cours débutants : la demande d’autonomie du couple cheval/cavalier sans équilibre de ce dernier et le début du phrasé niais aux jeunes enfants !

Méthode qui, dans le meilleur des cas, multiplie par trois le temps à trouver la véritable autonomie. Question posée à une cousinade :

- « Pourquoi faut-il monter si longtemps dans un manège pour savoir monter à cheval ? » 
- « C’est mon combat d’enfant de la balle et certainement la raison principale de la dévalorisation totale de la filière cheval en 2014. » : cliquez ici

 

- FEVRIER 2014
La REF : Lire pages 6 à 8 ; 15 ; 18 – 19 …cliquez iCi


- SEPTEMBRE 2012
Critique Plan FFE de Formation du Cavalier 2012 : cliquez iCi

 

 

 

 

11. L’ « inconnu » FFE

par des personnes bien introduites dans les milieux équestre ou sportif (Tout public)

 

Episode à rebondissements !

 

SEPTEMBRE 2014

« Il vous fait dire que l’actuel président se représentera aux prochaines élections. »
 

JUIN 2014

Echange par courriel au sujet de ma probable candidature aux élections FFE :
- « C'est un très beau challenge. Petite info discrète svp, l'actuel Président ne se représentera pas. ».
AC : C'est ce qu'il dit en effet, ce que je ne crois pas vraiment, et le remplaçant aurait les mêmes intérêts... A suivre !  
- «  Je peux vous assurer qu'il ne se représentera pas, je ne peux malheureusement pas en dire plus sans compromettre mes informateurs, ce que je ne ferais pas car ils me font confiance mais vous allez vite comprendre pourquoi il ne pourra pas se représenter. »
AC : Très bien, mais le successeur envisagé est un personnage du même style donc, en effet génial challenge ! Merci.

 

 

AVRIL 2014
Trois personnes m’ont déjà rapporté que Serge Lecomte ne se représenterait plus à la présidence de la FFE contre une : « Cela m’étonnerait ».

 

 

12. Les scandales FFE (----)

par Adeline Cancre (Tout public)

 

- Depuis plus de 40 ans, un junior se surclassait temporairement pour se confronter à ses aînés tout en préservant son cheval. En 2014, l’exception a cessé et si un jeune se surclasse une fois, c'est un pro !

Résumons, chaque week-end :
. 80 % des poneys sont surclassés pour aller au casse-pipe à cause d’animateurs sans expérience de la compétition ;
. Les ex-pro battent les amateurs grâce à une licence amateur ;
. Les 10 meilleurs cavaliers « entre poney et cheval » doivent acquérir une licence pro pour se confronter aux pros.
C’est délirant ! Comment des athlètes de haut niveau ont pu cautionner ce changement ? Haut niveau que vous avez pu atteindre grâce à cette exception internationale.

 

- Depuis 3 ans, il y avait certainement mieux à faire pour limiter la perte de licenciés

http://tapetition.fr/11/

 

- Déjà 20 mois d’échanges,

plus de 700 établissements et évènements équestres audités, la FFE remplit-elle bien ses objectif et missions comme définis dans son statut associatif ? cliquez iCi .

 

Si vous avez apprécié la lecture de cette newsletter, pensez à la transmettre à vos amis.
Si vous n’appréciez pas… le droit de réponse est  encouragé car la critique montre l’intérêt
et produit les solutions comme le consensus.
 

L’association LRCC remercie sa sympathique correctrice bénévole, Jocelyne.

 


Cette newsletter est une Tribune ouverte à tous, et sur tous les sujets, pour l’intérêt du Cheval et de ses passionnés. Pour transmettre aussi vos idées, cliquez ICI

 

 



La relation cheval cavalier